Ecoutez Radio Sputnik
    French President Emmanuel Macron, right, welcomes his Chinese counterpart Xi Jinping prior to a meeting at the Elysee Palace, in Paris, Monday, March 25, 2019.

    Alors que Trump fait cavalier seul, l’UE doit-elle s’allier à la Chine?

    © AP Photo / Thibault Camus
    International
    URL courte
    1234
    S'abonner

    Au-delà des accords commerciaux, la visite de Macron en Chine a apporté un nouvel indice sur ce qu’elle pourrait devenir non seulement pour la France, mais pour l’Europe. En à peine deux ans, le rival chinois est devenu un potentiel allié du Vieux Continent, dans un contexte de «mort cérébrale de l’Otan», analyse Le Monde.

    L’Europe cherche sa place sur la scène internationale, sur fond de guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales. Début novembre, la visite d’Emmanuel Macron en Chine n’avait pas pour seul but d’y signer des accords commerciaux, mais également «d’envoyer un message d’unité européenne», a indiqué Le Monde. Dès son retour de Pékin, Macron a évoqué la «mort cérébrale de l’Otan», dans un entretien à The Economist. Alors que les États-Unis semblent tourner le dos à l’Europe, ne serait-il pas dans l’intérêt de l’UE de tendre la main à la Chine?

    Le ton a changé entre la première rencontre entre Macron et Xi Jinping en 2017 et celle de cette année, a souligné Le Monde. Macron y a loué «le choix de l’ouverture» du pays du Milieu, lui qui avait critiqué le projet de nouvelle route de la soie moins de deux ans auparavant. Le fait que Macron vienne accompagné d’une ministre et de représentants d’entreprises d’Allemagne illustre sa volonté de montrer une Europe unie.

    Ce n’est pas l’image qu’a montré Angela Merkel, lorsqu’elle a ouvert le marché allemand de la 5G à Huawei sans jamais consulter la France, ni aucun de ses partenaires européens, accuse le journal. Lorsque la chancelière s’est rendue à Pékin en septembre, aucun représentant français ne l’accompagnait, a noté le journal.

    Pour que l’Europe parle d’une seule voix, du moins sur le plan économique, il faudra prendre conscience qu’il est «illusoire», même pour un pays aussi puissant que l’Allemagne, «de prétendre faire jeu égal seul avec la Chine». Comme l’a affirmé Le Monde, «voir une Europe s’affirmer comme puissance mondiale et prendre ses distances avec Washington n’est pas pour déplaire à la Chine».

    L’isolement américain

    Comme il l’a expliqué dans The Economist, le Président français veut éviter à l’Europe «d’assister en simples spectateurs à un G2 Chine-USA». Après son échec à vouloir s’appuyer sur les États-Unis, «il n’est pas parvenu à convaincre Donald Trump de ne pas faire cavalier seul sur les questions économiques, climatiques et diplomatique», a expliqué Le Monde, qui ajoute que le seul choix de la France est désormais de s’allier à la Chine «pour exister sur la scène mondiale», et pouvoir peut-être «peser face aux États-Unis».

    À Pékin, Macron avait dénoncé «l’unilatéralisme» des États-Unis, qui se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien et de l’accord de Paris, tandis que Xi Jinping avait exprimé son opposition contre «le protectionnisme et le jeu à somme nulle». Les deux chefs d’État se sont accordés sur le fait qu’une guerre commerciale ne faisait que des perdants, a rapporté le quotidien.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    commerce, alliés, partenaire, Chine, Union européenne (UE), Emmanuel Macron, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik