International
URL courte
135210
S'abonner

«Joe Biden est peut-être somnolent et très lent, mais il n'est pas un "chien enragé"», a écrit sur Twitter le Président des États-Unis après un commentaire diffusé récemment par Pyongyang visant le candidat démocrate à la Maison Blanche.

Connu pour sa capacité à répliquer du tac au tac et souvent sur un ton moqueur à ses détracteurs politiques, Donald Trump a estimé que la Corée du Nord était quand même allée trop loin en traitant Joe Biden de «chien enragé».

«Monsieur le Président, Joe Biden est peut-être somnolent et très lent, mais il n'est pas un "chien enragé". Il est en fait meilleur que cela», a rétorqué Donald Trump dans un tweet qui serait adressé au dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

Le Président a en outre affirmé qu’il était le seul à pouvoir offrir un avenir radieux à la Corée du Nord.

«Je suis le seul à pouvoir vous permettre d'atteindre l'objectif qui doit être le vôtre. Vous devriez agir rapidement, et conclure un accord. À bientôt!».

La Corée du Nord a diffusé dernièrement un violent commentaire visant l'ancien vice-Président de Barack Obama et candidat démocrate à la Maison Blanche.

«Les chiens enragés comme Biden peuvent faire du mal à beaucoup de gens si on les laisse en liberté», a écrit l'agence officielle KCNA, suggérant de les «battre à mort».

Où en est le dialogue?

Les deux pays mènent des négociations sur la dénucléarisation de Pyongyang, qui stagnent depuis l'échec, en février dernier, du deuxième sommet bilatéral à Hanoï.

Depuis, la Corée du Nord a effectué plusieurs tests de missiles et de nouvelles discussions ont été engagées début octobre à Stockholm. Mais bien que États-Unis les aient qualifiées de «bonnes», Pyongyang a affirmé que Washington induisait en erreur l’opinion publique et a déclaré qu’il ne poursuivrait pas le dialogue dans un contexte de «politique hostile».

Lire aussi:

Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
Importante flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Tags:
États-Unis, dénucléarisation, Corée du Nord, Joe Biden, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook