Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestations en Algérie

    Des Algériens perturbent une réception à la résidence du consul d’Algérie à Madrid – vidéo

    © Sputnik . Selma Kasmi
    International
    URL courte
    4715
    S'abonner

    Brandissant des pancartes et un drapeau de leur pays, des Algériens sont venus manifester devant la résidence du consul d’Algérie à Madrid, en scandant les slogans du Hirak, le mouvement populaire qui a éclaté au mois de février. Ils ont filmé leur manifestation et publié la vidéo sur les réseaux sociaux.

    Plusieurs Algériens sont venus perturber une réception donnée à la résidence du consul d’Algérie à Madrid, en scandant les slogans du Hirak, le mouvement populaire qui a éclaté au mois de février. Ils ont filmé leur manifestation et publié la vidéo sur les réseaux sociaux.

    Le Hirak, mouvement lancé le 22 février en Algérie, ne faiblit pas et, après avoir obtenu la démission d’Abdelaziz Bouteflika, les manifestants clament leur refus de la présidentielle fixée au 12 décembre prochain.

    Or, l'Espagne a récemment apporté son appui à ces élections par la voix de son ministre de l’Intérieur.

    «L’Espagne a toujours considéré qu’il s’agit d’une question interne, et le gouvernement espagnol appuie le processus électoral qui va se tenir le 12 décembre prochain», a indiqué Fernando Grande-Marlaska dans une déclaration à la presse algérienne, à l’issue de son entretien avec son homologue algérien, Salah Eddine Dahmoune.

    Fernando Grande-Marlaska, en visite de travail en Algérie, a également été reçu par le Premier ministre algérien, Noureddine Bedoui.

    Jeudi 28 novembre, le ministère algérien des Affaires étrangères avait réagi au vote par le Parlement européen d’une «résolution d’urgence» sur la situation politique en Algérie, condamnant une tentative de semer le «chaos» et déclarant dans un communiqué se réserver «le droit de procéder à un examen général et attentif» de tous ses accords et relations avec l’Union européenne.

    Relations Algérie-Espagne

    Qui plus est, la déclaration de Fernando Grande-Marlaska a été qualifiée par Le Matin d’Algérie d’éventuel souhait de neutraliser les propos de la ministre espagnole de la Défense concernant les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf.

    En effet, Margarita Robles, qui a pris la tête du ministère des Affaires étrangères ce 30 novembre, a évoqué dans une interview à la radio Cadena SER «une menace réelle» d’attaques terroristes contre des Espagnols au Sahara occidental. Et ce, quelques jours avant la visite de 350 Espagnols dans les camps de réfugiés sahraouis.

    Cette sortie pourrait être perçue comme une sorte d’attaque contre l’Algérie, a constaté pour sa part le quotidien généraliste algérien El Watan.

    «Pourquoi? C’est tout simplement sa capacité [de l’Algérie, ndlr] à assurer la sécurité à Tindouf qui est mise en cause. Il s’agit d’un reproche gratuit, car cela fait longtemps que l’Algérie n’a pas essuyé d’attaque majeure», a noté le journal.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    élection présidentielle, Espagne, Sahara occidental, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik