International
URL courte
Attaque au couteau à Londres, novembre 2019 (7)
4113
S'abonner

L’auteur de l’attaque qui a fait deux morts vendredi 29 novembre à Londres avait été interviewé par la BBC il y a plus de 10 ans, lorsqu’il s’était pour la première fois retrouvé dans le viseur de la police antiterroriste.

«Je ne suis pas un terroriste»: c’est ce qu’affirmait en 2008 le futur auteur de l’attaque sur le pont de Londres, Usman Khan, interviewé par la BBC après une perquisition de la police antiterroriste à son domicile.

«Je suis né et j’ai grandi en Angleterre, à Stoke-on-Trent, à Cobridge, et toute la communauté me connaît», disait Khan à l’époque.

Or, en 2012 déjà, le Britannique a été condamné à 16 ans de prison pour appartenance à un groupe qui avait voulu commettre des attentats à la bombe.

Remis en liberté conditionnelle six ans plus tard, Usman Khan a poignardé plusieurs personnes à l’intérieur d’un bâtiment près du pont de Londres où se tenait la conférence dont des participants ont tenté de l’arrêter.

L’assaillant, qui portait une ceinture d’explosifs factice ainsi qu’un bracelet de surveillance électronique, a fini par être abattu par la police. Deux de ses victimes ont succombé à leurs blessures.

Attaque revendiquée par Daech*

Le groupe djihadiste Daech* a revendiqué l’attentat du pont de Londres, commis par «un de ses combattants», sans toutefois fournir de preuve. Selon le groupe, l’attaque était une réponse à son appel à viser les pays faisant partie de la coalition antiterroriste internationale.

Au lendemain de l'attaque, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est engagé à revoir le système des libérations anticipées dans le pays. Ironie du sort, parmi les civils ayant maîtrisé l’assaillant du pont de Londres figurait notamment un homme condamné en 2004 à la perpétuité avec un minimum de 15 ans d’emprisonnement pour avoir égorgé une jeune femme.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Attaque au couteau à Londres, novembre 2019 (7)

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
liberté conditionnelle, BBC, Daech, attentat, Londres, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook