International
URL courte
14702
S'abonner

Les États-Unis doivent verser à l’Iran 130 milliards de dollars en réparation des sanctions et des émeutes du mois dernier dans le pays, a annoncé Gholamhossein Esmaïli, un porte-parole de la justice de la République islamique. Un politologue iranien analyse la situation pour Sputnik.

Les tribunaux iraniens exigent que les États-Unis paient une «amende de 130 milliards de dollars des dommages causés par les crimes de Washington aux simples plaignants en Iran qui ont été victimes de la politique unilatérale de la Maison-Blanche et de son rôle destructeur dans les émeutes du mois dernier». À ce jour, plus de 350 plaintes de citoyens iraniens contre le gouvernement américain ont été étudiées, selon Gholamhossein Esmaïli, un porte-parole de la justice de la République islamique.

L’Iran porte plainte contre les USA

Le préjudice infligé au peuple iranien par les États-Unis ne résulte pas uniquement des sanctions imposées par l’administration Trump, mais aussi de leurs livraisons d’armes interdites pendant la guerre avec Saddam Hussein, de leur incitation au renversement du pouvoir en Iran, de l’organisation des dernières émeutes et des pogroms d’établissements d’État, ainsi que du sang versé de policiers et de civils iraniens, a déclaré à Sputnik Seyed Mohammad Marandi, américaniste de l’Université de Téhéran.

«Les États-Unis ont fomenté un coup d’État [en 1953, ndlr] en Iran, ont apporté leur soutien au chah afin de "stabiliser le pays", et après la Révolution islamique, ils ont soutenu Saddam Hussein, fournissant avec des pays européens des armes [y compris chimiques, ndlr] à l’Irak», détaille l’expert.

Pour lui, ce sont toujours les États-Unis qui imposent des sanctions à l’Iran et soutiennent des terroristes à l’intérieur même de l’Iran.

«Les dernières émeutes en Iran ont été planifiées et financées par les États-Unis et leurs alliés dans la région», relève l’Iranien.

Et d’ajouter que les États-Unis avaient organisé des attaques contre des sites vitalement importants, tels que des raffineries dans des villes au centre du pays.

«Ces émeutes n’ont rien à voir avec les manifestations pacifiques qui se sont déroulées au départ, car de simples Iraniens n’auraient jamais utilisé des armes, y compris des lance-roquettes, dans des attaques contre ces usines», a poursuivi M.Marandi.

En finir avec la thèse de l’exclusivité américaine

L’américaniste estime qu’il s’agit somme toute d’un abus de manifestations pacifiques de citoyens pour leur conférer un caractère manifestement terroriste.

«L’Iran ne fait que répondre à des attaques dictatoriales des États-Unis. Il n’existe sans doute pas dans le monde de tribunal capable de porter un verdict équitable, particulièrement concernant les États-Unis. Ils ne respectent pas les lois internationales qu’ils bafouent et qui n’ont aucune valeur à leurs yeux. Les États-Unis ne respectent pas les droits de l’Hommes. Et l’Iran veut en finir avec le concept des États-Unis, la thèse de leur exclusivité et de leur supériorité sur les autres», souligne Seyed Mohammad Marandi, commentant la décision de Téhéran de saisir la Cour internationale de Justice (CIJ) «de plaintes et requêtes lancées par des citoyens iraniens ayant directement subi des dommages du fait d’actions américaines».

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
dédommagement, émeutes, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook