International
URL courte
16838
S'abonner

Rappelant qu’il avait transféré l’ambassade américaine à Jérusalem et reconnu la souveraineté de l’État hébreu sur la partie du Golan prise à la Syrie, le Président états-unien a affirmé devant des électeurs juifs qu’Israël n’avait «jamais eu de meilleur ami».

Lors d'une réunion du Conseil israélo-américain en Floride, Donald Trump a affirmé qu'Israël avait un «ami» en la personne des États-Unis.

«L’État hébreu n'a jamais eu de meilleur ami à la Maison-Blanche que votre Président, Donald Trump», a-t-il déclaré.

Ainsi, il a rappelé que c’est lui qui avait accordé à Israël une série de demandes et notamment transféré l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

«Je ne crois pas qu'ils aimaient beaucoup Israël»

Par ailleurs, le Président a estimé que les juifs américains avaient eu tort de voter en faveur des Démocrates sous son prédécesseur Barack Obama.

«Tant d'entre vous ont voté pour des gens sous l'administration précédente […]. Un jour vous devrez m'expliquer ça parce que je ne crois pas qu'ils aimaient beaucoup Israël», a-t-il noté devant un important groupe d'électeurs juifs américains.

Donald Trump a annoncé la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale de l’État d'Israël en décembre 2017 et l’ambassade du pays a été transférée dans la ville depuis Tel Aviv le 14 mai 2018, le jour du 70e anniversaire de la fondation d'Israël.

En mars dernier, il a reconnu la souveraineté de l’État hébreu sur la partie du Golan conquise à la Syrie lors de la guerre des Six Jours de 1967. La communauté internationale n’a pas reconnu cette annexion.

Lire aussi:

Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Déplacement de Macron à Versailles: des manifestants repoussés par les forces de l’ordre - vidéos
«J’ai le sida, tu vas crever»: avant d’être filmé au sol, ce manifestant aurait craché sur le policier qui l’a frappé
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Tags:
Israël, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik