International
URL courte
Les Gilets jaunes après un an de mobilisation (80)
4921179
S'abonner

Intervenant ce 9 décembre lors d’une réunion des pays dirigeants de l'Organisation de coopération islamique (OCI), le Président turc a de nouveau critiqué son homologue français. Il a en particulier signalé le problème du renforcement des sentiments islamophobes dans les pays occidentaux et évoqué la crise des Gilets jaunes frappant l’Hexagone.

Lors du sommet des ministres des affaires sociales de l'Organisation de coopération islamique, Recep Tayyip Erdogan a prononcé un discours dans lequel il s’en est de nouveau pris à Emmanuel Macron.

Il l’a notamment interpellé sur l’utilisation du terme «terrorisme islamique» lors du récent sommet de l’Otan.

«On sait que les organisations terroristes utilisent la religion islamique à des fins criminelles. Lors d'un récent sommet de l'Otan, le Président français a de nouveau évoqué le terrorisme islamique. Combien de fois lui ai-je dit que l'islam signifie la paix. Comment pouvez-vous combiner la paix et le terrorisme en une phrase, en parlant du "terrorisme islamique"? Il [Macron, ndlr] reste silencieux lors de la communication avec nous, et au sommet, il répète la même chose. À Paris, le mouvement des Gilets jaunes ne s'arrête pas. Pourquoi ne pouvez-vous pas résoudre cette situation de manière pacifique?», a-t-il déclaré, cité par Milliyet.

Selon lui, si les pays occidentaux craignent le terrorisme islamique, ce sont les pays musulmans qui en souffrent le plus.

«Veuillez noter que tous les problèmes se produisent dans les pays islamiques: Syrie, Irak, Somalie... Le "Fracturez, déchirez, engloutissez" de la pensée impériale continue. Lorsque les droits des musulmans sont violés, nous sommes avec eux», a ajouté le dirigeant turc.

Critiques contre Macron

Après qu’Emmanuel Macron a évoqué la «mort cérébrale» de l’Otan, le Président turc lui a conseillé de vérifier sa «propre mort cérébrale». Il ne s’agit pas de la première critique lancée par la Turquie au Président français. Peu avant, Ankara avait traité Macron de «parrain» du terrorisme en réaction à ses remarques sur l'opération en Syrie.

 

Dossier:
Les Gilets jaunes après un an de mobilisation (80)

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Mort de Giscard d'Estaing: Macron salue un homme «politique de progrès et de liberté», les hommages se multiplient
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, anti-islamophobie, islamophobie, Emmanuel Macron, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook