International
URL courte
9821
S'abonner

L'oncle du Président syrien, Rifaat al-Assad, est jugé à partir de ce lundi 9 décembre à Paris dans le cadre d’une affaire de «biens mal acquis» en France. Il est notamment soupçonné de s'être frauduleusement bâti un empire immobilier de quelque 90 millions d'euros, a annoncé l'AFP.

Le procès de l'oncle de Bachar el-Assad s'est ouvert ce 9 décembre à Paris et se poursuivra jusqu'au 18 décembre. L’homme est jugé pour «blanchiment en bande organisée» de fraude fiscale aggravée et détournement de fonds publics syriens entre 1984 et 2016, a fait savoir l'AFP.

Rifaat Al-Assad, résident britannique, rejette en bloc ces accusations et ne s'est pas présenté devant le tribunal correctionnel, ses avocats invoquant des problèmes de santé.

«Ses médecins lui ont recommandé d'éviter toute situation stressante», a indiqué au tribunal l'un de ses conseils, Pierre Cornut-Gentille, cité par l’agence.

Rifaat Al-Assad a été contraint au départ en 1984 après un coup d'État manqué contre son frère Hafez. Il s’était installé en Suisse puis en France où il possède notamment deux hôtels particuliers et une quarantaine d'appartements dans les beaux quartiers parisiens, un château et un haras dans le Val d'Oise, a rappelé l’AFP, ajoutant qu’il avait amassé en Europe une fortune immobilière qui a fini par éveiller les soupçons.

Tous les biens saisis

Ce patrimoine, qui constitue près de 90 millions d'euros et qui a été acquis pour la plupart dans les années 1980, est détenu via des sociétés siégeant dans des paradis fiscaux et au Luxembourg, et géré par des comptes à Gibraltar. Ils ont été saisis, a précisé l’AFP.

Selon le juge Renaud Van Ruymbeke, qui a ordonné ce procès, ce patrimoine a été acquis par le biais de détournements de fonds publics syriens. Rifaat al-Assad assure pour sa part que cet argent est licite et provient d'une aide financière débloquée par Abdallah, prince héritier puis roi d'Arabie saoudite, depuis les années 1980 à sa mort en janvier 2015.

Il s'agit du deuxième procès d'une affaire de «biens mal acquis» en France, après celui en 2017 du vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
détournement de fonds, blanchiment d'argent, jugement, Bachar el-Assad, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook