International
URL courte
289212
S'abonner

Trois entreprises russes dont l’activité est liée au domaine cybernétique ont été sorties de la liste des entités frappées par des sanctions antirusses imposées par les États-Unis, selon le Département du Trésor américain.

Le Département du Trésor des États-Unis a exclu de la liste des entreprises faisant l'objet de sanctions antirusses trois sociétés russes. Selon la liste publiée sur le site du Département, il s'agit de trois entreprises travaillant dans le domaine cybernétique: Vertikal, Tsentr Avtoobsluzhivaniya et Yunikom.

Ces entreprises ont fait l’objet de sanctions le 5 décembre, quand Washington a déclaré qu'elles étaient liées au Russe Denis Goussev qui faisait partie du groupe de hackers Evil Corp. Selon l’avis du Département états-unien, Denis Goussev était le directeur général de ces sociétés et a aidé les pirates informatiques à effectuer des opérations financières.

Alors, au début du mois de décembre, le Département du Trésor des États-Unis a appliqué des sanctions à 17 personnes et sept entreprises russes qui seraient d’après lui liées à des cybercrimes.

L'Union européenne n’est pas prête à lever les sanctions antirusses

Plus tôt dans la journée, lors d’un sommet à Bruxelles les dirigeants de l'Union européenne ont décidé de prolonger de six mois supplémentaires les sanctions économiques décidées en 2014 contre la Russie.

La chancelière allemande a commenté cette décision en soulignant que les progrès observés dans la résolution du conflit en Ukraine n’étaient pas encore suffisants pour annoncer la levée des sanctions.

Lire aussi:

Un véhicule fonce dans la foule lors d'un carnaval en Allemagne, plusieurs blessés
Un avion d’Alitalia avec 300 personnes à bord bloqué à l'île Maurice par crainte du coronavirus
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Suspicion de coronavirus: les passagers confinés à Lyon dans leur bus en provenance d'Italie
Tags:
économie, politique, sanctions antirusses, États-Unis, Russie, sanctions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook