International
URL courte
262356
S'abonner

Des véhicules blindés de l’armée belge ont été récemment modernisés en profondeur. Sauf que les modifications apportées ont rendu ces véhicules peu pratiques et très inconfortables. Près de 30 millions d’euros avaient été investis pour ces améliorations.

En 1996, la Défense belge avait fait l’acquisition de véhicules blindés de type Pandur. Après plus de 20 ans de service, des modernisations étaient donc nécessaires pour qu’ils puissent encore être utilisés en toute sécurité. C’est le constructeur suisse Mowag qui s’en est chargé. Pourtant, d’après les documents sur les premiers tests de ces véhicules, consultés par le média belge VRT, cette remise à neuf a engendré plusieurs problèmes.

Les Pandurs sont notamment équipés d’une nouvelle climatisation et d’un fond blindé, destiné à protéger les militaires contre l’explosion de bombes artisanales. Mais selon la VRT, ces modifications ont rendu le véhicule dangereux et l’habitacle inconfortable. En effet, les membres du groupe test ont éprouvé des difficultés à manœuvrer et utiliser les freins, ou même à entrer et sortir du véhicule. Son utilisation n’apparaît viable que pour les conducteurs et tireurs de moins d’1 mètre 70.

La Défense a reconnu des problèmes mais a indiqué que les changements ne seraient pas définitifs. Les Pandurs étaient censés être exploités au Mali en 2021, ils ne sont désormais pas attendus avant 2022.

Un gaspillage d’argent public

Julie Chanson, membre du parti Ecolo à la commission de la Défense, s’est indignée de cette décision du ministre de la Défense de l’époque, Steven Vandeput (N-VA). En 2015, il avait validé une enveloppe de 31 millions d’euros pour la mise à niveau de ces véhicules, plutôt que de simplement les remplacer.

Du côté flamand, le député fédéral écologiste Wouter de Vriendt a fait savoir qu’il interpellerait à la Chambre mercredi 18 décembre l’actuel ministre de la Défense, Philippe Goffin (MR), sur ce dossier. Son parti Groen (Vert) a dénoncé ce gaspillage d’argent public pour des véhicules blindés devenus dangereux et inutilisables.

Un précédent avec les F-35

Dans un autre tweet, Julie Chanson a rappelé la similitude de cette affaire avec celle de l’achat de 34 F-35 américains. En 2018, pour remplacer ses F-16 vieillissants, Bruxelles avait préféré se tourner vers ces appareils au détriment des avions européens comme l’Eurofighter (Airbus) ou le Rafale (Dassault).

Un an plus tard, un rapport d’un groupe de recherche américain avait mis en évidence les nombreuses défaillances de ces avions de chasse du constructeur Lockheed Martin, notamment en termes de précision de tir, de durabilité ou de sécurité des systèmes informatiques. De fait, des doutes avaient été émis quant à la capacité des F-35 à atteindre une durée de vie promise de 8.000 heures de vol.

Lire aussi:

Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Tags:
F-35A, armée, Belgique, défense, modernisation, véhicules blindés
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook