International
URL courte
Par
22976
S'abonner

Village par village, l’armée arabe syrienne avance dans le gouvernorat d’Idlib, dernier bastion de djihadistes et rebelles en Syrie. Assistons-nous là à la reprise définitive de cette région stratégique? La réponse n’est pas si simple. Sputnik fait le point.

Malgré tout le vacarme médiatique que l’on entend depuis plusieurs jours à propos de l’opération de l’armée arabe syrienne, les principaux bastions des djihadistes et rebelles tiennent toujours.

En ligne de mire des forces loyales à Bachar el-Assad, les deux villes stratégiques Saraqeb et Maarat Al-Nouman. Celles-ci se situent sur l’autoroute M5, un axe ultra stratégique qui relie Damas et Alep, les deux plus grandes villes du pays, en passant par une série d’autres grandes villes telles que Homs ou Hama.

​Si les troupes de Bachar el-Assad semblent bien parties pour récupérer les deux villes permettant de sécuriser l’axe M5, elles sont toujours loin de récupérer le gouvernorat d’Idlib, encore ultra protégé par les factions djihadistes et rebelles qui s’y trouvent. La stratégie turque semble d’ailleurs un brin paradoxale lorsque l’on prend un peu de recul par rapport à la situation. Au nord-est de la Syrie, des patrouilles de police militaire turques et russes surveillent côte à côte la ligne de front entre forces turques et kurdes, et dans la région d’Idlib, la Turquie continue de soutenir et affiche publiquement ce soutien à ces mêmes groupes qui combattent le régime syrien et leur allié russe. Difficile donc de réellement comprendre la stratégie pour laquelle a opté la Turquie, qui travaille étroitement avec la Russie sur un front, et soutient ses ennemis sur un autre.

Pourtant, selon l’analyste Pavel Felgenhauer, spécialiste des questions de défense, la Turquie sait très bien ce qu’elle fait. Malgré la nette supériorité militaire des forces gouvernementales syriennes sur les rebelles djihadistes, elle devrait arriver à maintenir le statu quo dans la région d’Idlib grâce aux leviers dont elle dispose vis-à-vis de la Russie:

«Pour Vladimir Poutine, les relations avec la Turquie sont plus importantes que le dénouement de la situation actuelle à Idlib. Si les Turcs insistent pour que l’offensive à Idlib s’arrête, le Kremlin fera certainement en sorte que celle-ci s’arrête. Du fait de l’appartenance de la Turquie à l’Otan, la relation du gouvernement de Poutine avec celui d’Erdogan est d’une importance géostratégique beaucoup plus grande. Je crois donc que cette offensive sera encore une fois indécise et ne fera pas tomber la province d’Idlib tout entière», explique le spécialiste Pavel Felgenhauer.

Une position qui s’explique notamment par des intérêts économiques (gazoduc Turkish Stream, système de défense antimissile S-400) et militaires (une solution bilatérale devrait bientôt être proposée concernant la Libye). De surcroît, la Turquie a clairement indiqué qu’elle ne serait pas en capacité d’accueillir une nouvelle vague de réfugiés causée par l’avancée de l’armée syrienne à Idlib. Cela explique d’ailleurs un récent tweet du Président des États-Unis qui explique que «la Turquie travaille très dur pour stopper ce carnage».

Certains tendent pourtant à nuancer ce constat. Pour Michel Raimbaud, diplomate retraité resté longtemps en poste dans la région et auteur du livre Les guerres de Syrie paru aux éditions Glyphe, ce n’est qu’une question de temps avant le gouvernement syrien ne reprenne totalement Idlib:

«Le problème à Idlib dure depuis cinq ans, ça commence à faire long, mais je pense qu’il n’y en a plus pour très longtemps. Ça sera difficile car ce ne sont pas des rebelles lambdas, ce sont des milliers de djihadistes qui défendent Idlib. Cette région est devenue leur dernier refuge», explique l’ancien ambassadeur au micro de Sputnik, avant d’ajouter «surtout qu’ils ont été et continuent d’être soutenus par la Turquie, ce qui ne facilite pas la tâche de l’armée syrienne et ses alliés, mais in fine, Idlib tombera.»

En attendant, les violences continuent et au milieu de tous ces combats, des milliers de civils se retrouvent pris au piège. Selon les Nations unies, ce sont près de 130.000 civils qui ont été poussés à l’exil. Pour le moment, ceux-ci se dirigent vers le nord de la région sans pouvoir passer au-delà de la frontière turque fermée à double tour.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Navire turc arraisonné par une frégate allemande, Ankara fulmine
Tags:
Idlib, Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook