International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
5913136
S'abonner

Selon le secrétaire général de l’Otan, la décision d’éliminer Qassem Soleimani a été prise par les seuls États-Unis, sans participation ni de la coalition contre Daech*, ni de l'Otan.

Les États-Unis ont décidé d’éliminer le général Qassem Soleimani sans consulter ni l'Otan, ni la coalition contre le groupe terroriste Daech*, a déclaré, ce lundi 6 janvier, le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, après une réunion d'urgence qui s’est tenue à Bruxelles.

«C'est une décision prise par les États-Unis, cela n’est pas une décision prise ni par la coalition contre Daech*, ni par l'Otan», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse juste après.

Stoltenberg a expliqué que lors d’une entrevue avec les membres de l’Alliance, les États-Unis avaient fourni des explications à leurs alliés sur la raison pour laquelle Washington a décidé d'éliminer Soleimani. Toutefois, le secrétaire général de l’Otan n’a pas divulgué ces informations.

Interrogé par les journalistes sur la façon dont l'Otan traitait de l’assassinat du général iranien, Stoltenberg a souligné que tous les membres de l'Alliance étaient préoccupés par les actions de l'Iran au Moyen-Orient. En outre, tous les membres de l’Otan sont d'accord pour dire que l'Iran ne doit pas avoir accès à l’arme nucléaire.

Qui plus est, les pays membres de l'Otan ont unanimement appelé l'Iran à s'abstenir de toute provocation et de toute violence après l'assassinat du général Qassem Soleimani dans une frappe aérienne américaine.

«Les États-Unis ont informé l'Otan de la situation dans la région, y compris les récentes attaques contre la coalition militaire en Irak, ainsi que des frappes aériennes contre le général Soleimani. L'Iran doit s'abstenir de nouvelles provocations et de nouvelles violences», a-t-il déclaré.

Toutefois, Jens Stoltenberg n'a pas répondu aux journalistes voulant savoir si les pays de l'Alliance avaient également appelé les États-Unis à la retenue.

La frappe aérienne américaine

La mort de Soleimani à Bagdad a été annoncée le 3 janvier, dans une frappe aérienne décidée par Donald Trump sur le convoi du général, près de l’aéroport de Bagdad, en Irak.

Plus tard, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a promis que cet assassinat ne resterait pas impuni.

*Organisation interdite en Russie

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Tags:
Qassem Soleimani, OTAN, politique, Jens Stoltenberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook