International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
2920513
S'abonner

«Ne menacez jamais l’Iran», a grondé le Président iranien, réagissant ainsi aux propos de Trump qui avait prévenu que 52 sites iraniens étaient sélectionnés comme cibles, et a rappelé les 290 victimes d’un vol civil d’Iran Air abattu par les Américains.

Face à la menace de Donald Trump d’attaquer 52 sites en Iran, en référence au nombre d’Américains pris en otages à l’ambassade à Téhéran en 1979, le Président Hassan Rohani a mentionné l’avion de ligne iranien abattu en 1988 par les États-Unis et ses 290 victimes.

«Ceux qui se réfèrent au nombre 52, doivent se souvenir du nombre 290 et du vol IR655», a-t-écrit sur son compte Twitter.

​Et d’ajouter: «Ne menacez jamais le peuple iranien».

Vol Téhéran-Dubaï

En juillet 1988, un A300 reliant Téhéran à Dubaï a été abattu au-dessus du golfe Persique par un tir de missiles provenant du croiseur américain USS Vincennes, ordonné par le commandant William Rogers.

Aucune des 290 personnes se trouvant à son bord n’a survécu.

Nouvelle spirale de tensions USA-Iran

Après que les États-Unis ont mené dans la nuit du 2 au 3 janvier une opération d’élimination contre le commandant de la force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), Qassem Soleimani, aux abords de l’aéroport de Bagdad, le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a promis une vengeance.

Le Président Rohani a alors déclaré que Washington avait commis un crime grave que Téhéran n’oublierait pas.

Pour leur part, les États-Unis considèrent que Soleimani était lié à l’organisation de l’attaque contre l’ambassade américaine à Bagdad du 31 décembre 2019.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
Tags:
tensions, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook