International
URL courte
49856
S'abonner

Le chef de la diplomatie française a appelé Téhéran à «renoncer à des représailles» pour éviter un conflit dans la région après le meurtre d’un puissant général iranien lors d’un raid américain.

Jean-Yves Le Drian s’est dit préoccupé par la montée des tensions entre Téhéran et Washington suite à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani près de Bagdad.

«La situation est très grave: il y a un enchaînement d'escalade qui devient extrêmement préoccupant et qui peut amener à une situation de conflit», a-t-il déclaré lundi 6 janvier sur BFM TV.

«C’est la raison pour laquelle il faut mobiliser tous nos efforts pour enrayer ce processus extrêmement perturbant», a ajouté le ministre.

L'Iran doit «renoncer à des représailles»

Le chef de la diplomatie française a également jugé que l'Iran devait «renoncer à des représailles» contre les États-Unis et la diplomatie reprendre ses droits pour stopper l'escalade des tensions dans la région.

«Personne ne veut la guerre. Tout le monde dit "ce n'est pas possible, il faut arrêter l'escalade", donc prenons les moyens pour le faire», a relevé Jean-Yves Le Drian au micro de BFM TV.

«Et les moyens pour le faire c'est d'abord que la partie iranienne renonce à des ripostes et des représailles mais aussi qu'on ouvre des négociations, que l'Iran revienne dans l'accord [nucléaire, ndlr] de Vienne et que la négociation sur la stabilité régionale puisse se mettre en œuvre», a-t-il indiqué.

Paris appelle aux négociations face à l’escalade

Après l’assassinat le 3 janvier du général Soleimani, l'Iran a promis une «riposte militaire», une «dure vengeance» qui frappera «au bon endroit et au bon moment».

Donald Trump a de son côté averti que les États-Unis avaient sélectionné 52 sites en Iran et qu’ils les frapperaient «très rapidement et très durement» si la République islamique attaquait du personnel ou des sites américains.

«Aujourd'hui, il y a encore une place pour la diplomatie», a affirmé le ministre français des Affaires étrangères.

«La seule condition, c'est que les deux parties [États-Unis et Iran, ndlr] s'engagent dans un processus de négociations pour permettre la stabilité régionale», a-t-il ajouté.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Tags:
représailles, Téhéran, Iran, Jean-Yves Le Drian, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik