International
URL courte
Nouvelle escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (janvier 2020) (37)
366121
S'abonner

Sur fond de montée des tensions entre Washington et Téhéran, le chef d'État américain a appelé à élargir l’Alliance atlantique via l’adhésion de pays du Moyen-Orient.

L’Otan pourrait s’élargir en incorporant des pays du Moyen-Orient, a estimé vendredi devant les journalistes le Président Donald Trump.

«Je crois que l’Otan doit être élargie et que nous devons y inclure des pays du Moyen-Orient», a indiqué le locataire de la Maison-Blanche.

Il a affirmé avoir discuté de cette initiative avec le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg, qui se serait montré enthousiaste à cet égard.

Auparavant, le dirigeant américain avait estimé que l’Otan devait s’impliquer davantage dans la situation au Moyen-Orient.

Tensions avec l’Iran

Les déclarations de M.Trump interviennent sur fond de violentes tensions entre Washington et Téhéran suite au meurtre du général iranien Qassem Soleimani dans une frappe américaine et aux tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des militaires des États-Unis en Irak.

Plus tôt dans la semaine, Donald Trump avait joué la carte de l’apaisement face à l’Iran. Or, jeudi 9 janvier, le commandant de la Force aérospatiale de l'armée des Gardiens de la révolution islamique Amir Ali Hajizadeh a affirmé que les frappes visant des cibles américaines en Irak n’étaient que le début d’une vaste opération d’ampleur régionale.

Dossier:
Nouvelle escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (janvier 2020) (37)

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Des dizaines de manifestants pro-Turcs défilent à Dijon en criant «Allahu Akbar» – vidéos
Tags:
tensions, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), élargissement, OTAN, Donald Trump, Iran, Jens Stoltenberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook