International
URL courte
13615
S'abonner

Le procès en destitution de Donald Trump débute ce mardi à Washington. Accusé d’abus de pouvoir pour déstabiliser son possible adversaire à la présidentielle, le Président nie en bloc. Allié américain de longue date, Israël suit de très près l’évolution de la situation que son ancien ambassadeur aux États-Unis commente pour Sputnik.

Donald Trump est mis en accusation par la Chambre des représentants pour avoir utilisé son pouvoir présidentiel afin de déstabiliser son rival politique, le démocrate Joe Biden, demandant aux autorités ukrainiennes de lancer une enquête contre ce dernier. Le procès en destitution du Président démarre ce mardi 21 janvier devant le Sénat. Bien que sa destitution ait peu de chances d’être avalisée par la majorité républicaine au Sénat, ses chances de remporter la prochaine présidentielle pourraient diminuer.

Et si un allié et «véritable ami d’Israël» était destitué?

Bien que pour Benyamin Netanyahou, Donald Trump soit plus qu’un allié, un «véritable ami d’Israël», il est peu probable qu’une éventuelle destitution de l’actuel Président des États-Unis puisse faire du tort à l’État hébreu. En réalité, Tel Aviv n’a rien à craindre, a déclaré à Sputnik Zalman Shoval, ancien ambassadeur d’Israël à Washington.

«L’alchimie entre ces deux dirigeants compte évidemment beaucoup, mais leurs contacts personnels n’ont qu’une influence limitée, car il s’agit avant tout des intérêts de ces deux États, dont les rapports resteront solides indépendamment de qui sera Président des États-Unis», explique le diplomate.

Certains estiment que si Donald Trump perd la prochaine présidentielle et est remplacé par un démocrate, les intérêts d’Israël en pâtiraient, mais M.Shoval rejette ces suppositions.

«Malgré la présence de la fameuse "équipe progressiste" [bien connue par ses tendances anti-israéliennes, ndlr], la majorité des démocrates est pro-israélienne. Ça dépendra par ailleurs des primaires au sein du Parti démocrate. Ce n’est qu’après que nous saurons qui sera le facteur dominant. Quant à moi, j’espère toujours la victoire de l’aile modérée», confie l’ancien ambassadeur d’Israël à Washington.

«Israël n’a pas d’alternative à l’Amérique»

Il rappelle de plus que la deuxième plus grande communauté juive du monde vit aux États-Unis.

«Israël n’a pas d’alternative à l’Amérique», reconnaît M.Shoval, qui souligne que cela ne signifie pas qu’Israël ne peut pas coopérer avec d’autres superpuissances.

Selon l’ex-ambassadeur, le fait qu’Israël est allié des États-Unis ne l’empêche pas de coopérer notamment avec la Russie et la Chine.

«Quoi qu’il en soit, ces deux pays se rendent bien compte que le lien entre Israël et les États-Unis est particulier, et ils le respectent», résume l’interlocuteur de Sputnik.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Tags:
relations, Donald Trump, destitution, Israël, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook