International
URL courte
Par
626710
S'abonner

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale a annoncé que l’Arabie saoudite ne financera plus de mosquées hors de ses frontières. Une annonce surprenante quand on sait les millions de dollars déjà investis dans cette politique d’influence. Sputnik revient avec Alexandre Del Valle, géopoliticien, sur les motivations de cette décision.

C’est une nouvelle pour le moins surprenante dans le monde occidental. Mohammad Ben Abdulkarim Al-Issa, ancien ministre saoudien de la Justice et secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, fondée à La Mecque en 1962, a annoncé que l’Arabie saoudite allait arrêter de financer et d’influencer des mosquées à l’étranger. Ce désengagement commencera par la Suisse, mais le reste du monde suivra.

«Nous allons prendre les mêmes dispositions dans le monde entier. Partout, il y aura un conseil d’administration local, mis en place en coordination avec les autorités nationales. Notamment pour des raisons de sécurité. Il faut veiller à ce que les mosquées soient placées entre des mains sûres, évidemment. Ensuite, nous n’interviendrons plus», explique le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale dans le journal Le Matin du Dimanche de Lausanne.

Une décision qui peut sembler contradictoire avec la politique étrangère menée jusqu’à présent par le Royaume. En effet, le financement des communautés musulmanes à l’étranger a longtemps été l’un des bras armés du soft power saoudien. Dans tous les pays avec des communautés musulmanes, même de petite taille, il y a des mosquées dont les fonds provenaient de Riyad.

Qu’est-ce qui a motivé ce brusque désengagement? Assistons-nous là à une forme de «franchisation» du wahhabisme saoudien? Les élites saoudiennes ont-elles décidé de changer leur image et d’abandonner leurs programmes d’influence et de financement des mosquées à l’étranger? Pour répondre à ces questions, Sputnik France a interrogé Alexandre Del Valle, professeur de géopolitique et de relations internationales, et auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam politique. Il a récemment publié, avec Emmanuel Razavi, un livre sur les Frères musulmans, «Le Projet», paru en 2019 aux éditions L’artilleur.      

Sputnik France: Comment interpréter cette information? S’inscrit-elle dans un calcul géostratégique?

Alexandre Del Valle: «Je pense que cette information, si elle est vraie, est extrêmement intéressante et révolutionnaire, et elle peut être un tournant dans la lutte contre l’islamisme au niveau mondial. Encore une fois, il faut être sûr que ce soit vrai, mais il y a des signes indiquant que Mohamed Ben Salman, malgré ses mœurs très autoritaires –on l’a vu dans l’affaire Khashoggi– compte cantonner le wahhabisme à un islam domestique. Il souhaite en faisant cela, moderniser le pays en séparant un peu plus la politique et la religion, même si ce n’est pas possible de le faire totalement.

On ne peut pas moderniser un pays si l’on apprend à l’école que la Terre est plate. Il a compris que l’idéologie wahhabite est un problème pour le monde, mais aussi pour l’Arabie saoudite, car les adeptes de cette idéologie ont vocation à se retourner contre l’élite saoudienne. L’Arabie saoudite est d’ailleurs l’un des pays les plus frappés par le djihadisme. Les djihadistes wahhabites qu’ils ont exportés se sont retournés contre leur propre créateur.

Je pense aussi que cette nouvelle politique s’inscrit dans le cadre de l’alliance stratégique entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. On peut reprocher beaucoup de choses à Donald Trump, mais il est le premier Président depuis le Pacte de Quincy en 1945 qui a renouvelé l’alliance avec les Saoud, mais pour la première fois en exigeant comme condition de l’alliance de cesser de financer l’islamisme radical dans le monde.» 

Sputnik France: Est-ce qu’en faisant ça, ils ne comptent pas simplement franchiser leur entreprise d’influence sur les communautés musulmanes? Ces financements ont longtemps été une forme de bras armé idéologique de l’Arabie saoudite…

Alexandre Del Valle: «C’est une possibilité, il faut être méfiant… J’ai personnellement dénoncé pendant longtemps ce phénomène. L’idée d’autonomisation du virus ne peut être écartée, tout comme les Frères musulmans agissent ici en France sans l’aval de l’organigramme originel égyptien. Néanmoins, je ne pense pas que cette décision s’inscrive dans cette logique.

Il convient également de rappeler que Ben Salman est très influencé par l’homme fort des Émirats arabes unis: Mohammed ben Zayed Al Nahyane, qui est en croisade contre l’islam politique dans le monde. En effet, il y a aujourd’hui certains pays arabes qui appliquent en partie la charia chez eux, qui ont compris que leur prosélytisme politico-religieux était devenu un casus belli avec le reste du monde. On le voit avec l’Inde, la Chine, la Thaïlande, la Birmanie…

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dans un discours, a dit “si on continue d’enseigner un islam radical, on est en guerre avec tout le reste de l’humanité non-musulmane.” Je pense qu’il y a une prise de conscience de ce phénomène dans plusieurs pays musulmans. Et enfin, je pense que ce mythe du califat fait très peur à beaucoup de pays arabes, qui n’ont pas envie de voir les frontières de leurs nations effacées et diluées dans un califat islamique.»

Sputnik France: En France, sous quelles influences vont tomber les mosquées qui sont aujourd’hui financées par les Saoudiens?

Alexandre Del Valle: «De toute façon, je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de pire que le salafisme de la Ligue islamique mondiale. Quand l’Arabie saoudite finançait le prosélytisme islamique dans le monde, ce qu’elle fait encore un peu, ce n’était pas juste un islam saoudien orthodoxe. On parle là du salafisme de l’école hanbalite, qui est la souche commune à tous les islamistes sunnites, y compris les Frères musulmans. Ce hanbalisme, c’est la version la plus radicale, la plus conquérante, la plus anti-juive, la plus anti-chrétienne, et la plus impérialiste que l’islam connaisse.

C’est donc forcément une bonne nouvelle si l’Arabie saoudite ne se mêle plus de religion dans d’autres pays. Bien entendu, les Turcs voudront prendre la place, mais ça ne sera pas pire que le salafisme. À nous, Européens, de combler ce vide, et de créer un islam d’Europe, qui n’est pas une fiction. Il y a d’ailleurs des exemples de cet islam d’Europe: en Autriche, on interdit le salafisme et les Frères musulmans. En 2014, les Centristes Autrichiens avaient décidé d’instaurer des imams autrichiens patriotes, qui prêtent serment pour l’amour de l’Autriche, et dont l’islam renonçait à sa partie politique. Ça ne sera donc pas la faute des Saoudiens, mais bien celle des gouvernements européens si ce vide est remplacé par des islamistes radicaux.»

Lire aussi:

Elle met des œufs au micro-ondes, ce qui l'envoie pour trois semaines à l'hôpital
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
Pandémie, en continu: pire bilan quotidien au Royaume-Uni
Quel est le secret de ces trois départements où aucune mort du Covid-19 n’a été recensée?
Tags:
Europe, mosquées, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook