International
URL courte
11816086
S'abonner

Une dispute a opposé le 22 janvier Emmanuel Macron à la police israélienne, alors qu’il s’apprêtait à entrer dans la basilique Sainte-Anne, à Jérusalem. Du déjà vu? En effet, c'est aussi ce qu'il s'est passé lors de la visite de Jacques Chirac en Israël en 1996.

«Dans les pas de Chirac en 1996», c'est avec ce message qu'une journaliste du Parisien a accompagné la vidéo relayée sur Twitter et montrant l'actuel Président de la République française, en visite en Israël pour commémorer jeudi le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz, s’emporter contre la police israélienne dans la Vielle ville de Jérusalem.

​«Tout le monde connaît les règles. Je n’ai pas aimé ce que vous avez fait en face de moi. Sortez, s’il vous plaît», y énonce le Président, se trouvant devant la basilique Sainte-Anne.

«Nous connaissons les règles, personne ne doit provoquer personne», a indiqué le Président, ajoutant qu’elles étaient restées les mêmes depuis des siècles et appelant au calme.

Comme l’indique BFM TV, qui se réfère à des journalistes présents sur place, un membre des forces de sécurité israéliennes est, d’abord, entré dans la basilique –propriété de la France- avant d’en ressortir. Lorsqu’il a essayé d’y retourner, il a été expulsé par des membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR).

«Pas de gens armés en territoire français»

C’est devant cette même basilique qu’en octobre 1996, Jacques Chirac, alors Président en exercice, s’était emporté, alors que des soldats israéliens avaient pris place à l’intérieur.

«Je ne veux pas de gens armés en territoire français».

En rencontrant le patriarche, M.Chirac avait alors souligné qu’il ne pouvait pas accepter que des hommes en armes entrent dans ces lieux.

Lire aussi:

Plus de 800 morts dus au Covid-19 en France en 24h - vidéo
La Russie a élaboré un schéma de traitement en cas de forme grave du Covid-19
Didier Raoult: «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»
Tags:
Jérusalem, police, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook