International
URL courte
8623
S'abonner

Après que la manœuvre entreprise par l’AfD en Thuringe a provoqué ce que les médias qualifient de «tempête politique», Thomas Kemmerich, élu grâce au soutien de ce parti, a annoncé sa démission.

Au lendemain de son élection qu’Angela Merkel a demandé d’annuler, le dirigeant de Thuringe Thomas Kemmerich, candidat du Parti libéral-démocrate (FDP), a démissionné ce jeudi de ses fonctions. De nouvelles élections se tiendront donc dans ce Land de l'est de l'Allemagne.

«La démission est inévitable», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 6 février, précisant qu’il avait été décidé de demander la dissolution du parlement.

Selon lui, les nouvelles élections ont pour but d’enlever «le stigmate lié au soutien de l'AfD».

Un poker politique

L’issue de l’élection qui s’est tenue en Thuringe a provoqué ce que la presse a d’ores et déjà qualifié de «tempête politique». Si à l’issue des deux premiers tours le ministre-président sortant de Thuringe, Bodo Ramelow, n’a pas réussi à obtenir une majorité absolue – ce qui n’est pas une surprise étant donné que sa coalition a obtenu moins de la moitié des sièges. Le parti conservateur AfD (Alternative pour l'Allemagne) a pour sa part porté à deux reprises la candidature de Christoph Kindervater, politicien sans étiquette qui, lui non plus, n’a pas obtenu la majorité ni au premier ni au deuxième tour.

Le troisième tour a accueilli la participation de Thomas Kemmerich. L’AfD a alors rappelé son candidat pour voter pour M.Kemmerich qui a également reçu le soutien de la CDU et de son parti, le FDP. La manœuvre de l’AfD a donc permis à Kemmerich d’obtenir 45 voix, contre 44 pour Ramelow.

Le tabou brisé?

La CDU avait à plusieurs reprises déclaré son refus de toute coopération avec l’AfD et la situation qui a débouché sur l’élection d’un candidat par les deux partis a provoqué un tollé dans le pays.

En outre, c’est la première fois que ce parti influence directement les résultats d’un vote en Allemagne, pays où tous les partis politiques réfléchissent à qui soutenir et avec qui former une alliance.

Alexander Gauland, dirigeant de l’AfD, a déclaré que l’objectif de son parti était de ne pas laisser Ramelow prendre la tête du gouvernement. Et de préciser que l’isolement de son parti ne marchera pas.

Réaction de Merkel

«Impardonnable», c’est ainsi que la chancelière allemande a réagi face à la tenue et aux résultats du vote et a appelé à les annuler.

«Ce qui s’est passé est impardonnable. Les résultats doivent être annulés», a lancé Angela Merkel en visite ce jeudi en Afrique du Sud.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
Thuringe, Allemagne, Alternative pour l'Allemagne (AfD)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook