International
URL courte
5939310
S'abonner

Commentant la déclaration du Président français qui lors de la conférence sur la sécurité de Munich avait souligné que les sanctions et les contresanctions russes avaient coûté au moins aussi cher aux pays européens qu’aux Russes, le sénateur Alexeï Pouchkov a estimé que le Vieux Continent était ainsi tombé dans son propre piège.

Le sénateur russe Alexeï Pouchkov a trouvé partiellement juste les propos prononcés par Emmanuel Macron samedi 15 février lors de la conférence sur la sécurité de Munich. L’homme politique a toutefois décidé d’apporter quelques précisions.

«Macron a reconnu: les sanctions ont coûté aussi cher à l’EU qu’à la Russie mais n’ont pas donné de résultat positif. Précision: le résultat politique est nul. C’est inutile de maintenir ce cap mais comment sortir de l’impasse, l’Europe ne le sait pas. C’est le cas d’un chasseur qui tombe dans son propre piège», a écrit le sénateur sur Twitter.

Et d’ajouter:

«Apparemment en Europe, ils comprennent mal qu’en imposant à la Russie des conditions pour le dialogue ils n’aboutissent qu’à une seule chose: la Russie s’éloigne de l’Europe et ne se dépêche pas de remplir ces conditions. Il semble que seul Macron se rende compte que l’Europe risque de perdre la Russie.»

Macron à Munich

Samedi 15 février à Munich, Emmanuel Macron a appelé à «réengager un dialogue stratégique avec Moscou», tout en estimant que la politique européenne de défiance menée ces dernières années envers la Russie avait échoué.

Pour lui, «les sanctions n’ont absolument rien changé en Russie» tandis que les contresanctions russes ont coûté cher aux Russes autant qu’aux Européens alors que leur résultat n’était pas très positif.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la France n’est pas «encore au pic épidémique», prévient Véran
Quand La Poste cachait un immense stock de masques en période de pandémie
Covid-19: Boris Johnson transféré aux soins intensifs
Tags:
sanctions, contre-sanctions, Emmanuel Macron, Alexeï Pouchkov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook