International
URL courte
10685
S'abonner

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s’est attaqué aux conseils donnés par l’Union européenne à Budapest, passant par le milliardaire George Soros. Il a fait état «de sinistres dangers» concernant l’UE qui s’accumulent, et a pointé du doigt la croissance presque à l’arrêt de son économie par rapport à celle de la Hongrie estimée à 4,9%.

L’Union européenne a été prise pour cible par le Premier ministre hongrois Viktor Orban dans son discours annuel adressé à la nation, qui a critiqué les conseils donnés par l’organisation supranationale pour développer l’économie de la Hongrie, indique Euronews. En outre, il a évoqué «de sinistres menaces qui survolent l’Union européenne».

Conseils de l’EU non suivis

Revenu au pouvoir en 2010 quand le pays faisait l’objet d’un plan de sauvetage financier international, Viktor Orban a déclaré que son gouvernement avait rejeté les demandes de plus d'austérité et s’était défait des prêts accordés par le FMI.

«Si nous avions suivi leurs conseils, la Hongrie serait maintenant dans un hôpital avec des tubes de dette du FMI et de Bruxelles suspendus à tous ses membres et le robinet de la dette serait entre les mains de George Soros», a déclaré M.Orban.

Faisant état de la croissance de l’économie hongroise, estimée à 4,9%, il a indiqué que celle de l’Union européenne s’était déjà arrêtée. Selon lui, la croissance économique en Europe serait «microscopique au maximum» en 2020.

Vu que le pays fait partie de l’UE, il a ajouté: «Leur problème [celui des pays de l’UE, ndlr] est le nôtre aussi». «La seule question est de savoir dans quelle mesure ce sera notre problème».

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
Tags:
croissance économique, Hongrie, Viktor Orban, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook