International
URL courte
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (89)
34547
S'abonner

Le secrétaire général des Nations unies a appelé à un cessez-le-feu complet dans le nord-ouest de la Syrie afin d’empêcher la situation à Idlib de «devenir incontrôlable».

La confrontation qui se joue dans la zone d’Idlib figure parmi les rebondissements les plus inquiétants de la crise syrienne, a déclaré vendredi 28 février le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres.

«Il s’agit de l’un des moments les plus alarmants survenus au cours du conflit syrien. Sans action immédiate, le risque d’une escalade encore plus importante croît d’heure en heure», a estimé le responsable.

Il a constaté ainsi le «besoin urgent» d’un cessez-le-feu complet dans le nord-ouest de la Syrie, afin d’empêcher la situation de «devenir incontrôlable».

Toujours selon M.Guterres, les Nations unies préparent des missions humanitaires pour la région d’Idlib, théâtre de confrontations meurtrières entre les troupes syriennes soutenues par l’aviation russe et les groupes radicaux épaulés par les forces armées turques.

Une trentaine de soldats turcs tués

Le 27 février, les radicaux d’Idlib avaient lancé une offensive contre les forces gouvernementales, qui ont riposté, faisant des morts dans les rangs des militaires turcs aux côtés des terroristes, détaille la Défense russe.

Au total, 33 soldats turcs ont été tués et une trentaine d’autres blessés dans l’attaque, après quoi la Turquie a demandé à l’Otan, dont elle est membre, de mener des consultations sur la situation en Syrie. Le Président Recep Tayyip Erdogan s’est également entretenu au téléphone avec son homologue russe, Vladimir Poutine, après les bombardements à Idlib.

Dossier:
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (89)

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
Turquie, Idlib, Syrie, ONU, Antonio Guterres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook