International
URL courte
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)
8570101
S'abonner

De nombreux Américains se sont précipités pour se procurer des armes alors que la pandémie due au coronavirus  fait des ravages aux États-Unis, relate le Los Angeles Times.

Les ventes d'armes à feu ont notablement augmenté dans de nombreux États américains, surtout la Californie, New York et Washington, qui sont les plus durement touchés par le coronavirus, a annoncé le Los Angeles Times.

«Quand je dis que les ventes ont explosé, c'est un euphémisme», affirme David Stone, représentant du magasin Dong’s Guns, Ammo and Reloading de Tulsa, dans l’Oklahoma, dont les propos ont été cités par le quotidien.

​D’après le LA Times, une légère augmentation des ventes a également été enregistrée dans les zones les moins touchées par la pandémie, certaines personnes craignant pour la première fois qu’il y ait des troubles à l’ordre public et que le gouvernement n’introduise, en tant que mesure d’urgence, des restrictions sur les achats d’armes à feu.

​Ammo.com, un magasin de munitions en ligne, a aussi récemment constaté une augmentation de ses ventes. Selon la société, les transactions ont augmenté de 68% du 23 février au 4 mars, par rapport aux 11 jours précédents.

«Ces achats induits par la panique [...] pourraient entraîner une augmentation tragique du nombre de morts par arme à feu», a estimé lundi 16 mars Chris Brown, président de la campagne Brady pour prévenir la violence armée, dont les propos ont été repris par le Los Angeles Times.
Dossier:
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)

Lire aussi:

Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
The Lancet met en garde contre son étude sur l’hydroxychloroquine
Le sketch d'un humoriste noir jouant un esclave sur le plateau de Cyril Hanouna en 2013 ressort et ne passe plus – vidéo
Tags:
ventes d'armes, armes à feu, États-Unis, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook