International
URL courte
12745
S'abonner

À partir du 1er mai prochain, la ville chinoise de Shenzhen va faire appliquer une loi interdisant la consommation de viande de chat et de chien. Un commerce d’importance dans l’empire du Milieu.

Pour la première fois dans l’histoire, une ville chinoise va interdire la consommation de chats et de chiens, rapporte la BBC, ce jeudi 2 avril. La ville de Shenzhen a en effet choisi de bannir le recours à ce type de viande, alors que sévit toujours l’épidémie de Covid-19, attribuée par certains spécialistes à l’ingestion d’animaux sauvages.

« Les chiens et les chats, en tant qu'animaux de compagnie, ont établi une relation beaucoup plus étroite avec les humains que tous les autres animaux, et l’interdiction de leur consommation est une pratique courante dans les pays développés […] Cette interdiction répond également à la demande et à l'esprit de la civilisation humaine», a déclaré le gouvernement de la ville de Shenzhen, cité par l’agence de presse Reuters.

10 millions de chiens et 4 millions de chats consommés

Cette décision est applaudie par les associations de défense des animaux, à l’exemple de l’Humane Society International (Hsi). 

Le Dr Peter Li, spécialiste des politiques chinoises pour HSI, précise à la BBC que 10 millions de chiens et 4 millions de chats font l’objet de «ce commerce brutal» chaque année en Chine.

Le 24 février dernier, les autorités chinoises avaient déjà interdit «complètement» le commerce et la consommation d’animaux sauvages, afin de «protéger efficacement la santé et la vie de la population », comme le rapportait la télévision d’État CCTV.

Lire aussi:

L'ancien Président français Valéry Giscard d'Estaing est décédé
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
nourriture, chats, chiens, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook