International
URL courte
263622
S'abonner

Testé positif au coronavirus le 27 mars, Boris Johnson a été admis à l’hôpital pour des tests en raison de symptômes persistants ce dimanche 5 avril, informe Downing Street.

En raison de symptômes persistants de Covid-19, le Premier ministre britannique a été hospitalisé ce dimanche 5 avril par précaution afin de mener des tests supplémentaires, fait savoir Downing Street.

«Sur les conseils de son médecin, le Premier ministre a été admis ce soir à l'hôpital pour des examens. Il s'agit d'une mesure de précaution, car des symptômes de coronavirus persistent chez le Premier ministre 10 jours après qu’il a été testé positif au Covid-19», a annoncé Downing Street dans un communiqué.

Boris Johnson, 55 ans, souffre toujours des symptômes du Covid-19, 10 jours après avoir appris qu’il était infecté par le coronavirus. Depuis qu’il a développé une fièvre et une toux, le chef du gouvernement britannique a continué à exercer ses fonctions en auto-isolement.

Boris Johnson
© REUTERS / Julian Simmonds

Auparavant, sa fiancée enceinte de six mois, Carrie Symonds, avait partagé sur Twitter qu’elle s’inquiétait d’être elle aussi infectée par le coronavirus à cause de symptômes qui ressemblent à ceux de la nouvelle maladie. Le premier enfant du couple devrait naître au début de l’été.

Propagation du Covid-19 au Royaume-Uni

Pour l’heure, les autorités sanitaires britanniques font état de près de 5.000 décès liés au Covid-19. Le nombre de cas confirmés s’élève à environ 47.000.

À la fin mars, le prince Charles, héritier du trône britannique, avait également été testé positif au coronavirus.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
santé, Boris Johnson, Royaume-Uni, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook