International
URL courte
4717
S'abonner

Le Président ukrainien a assuré sur les réseaux sociaux que les dirigeants du pays «suivaient de près la situation» relative à l’incendie dans la zone d’exclusion de Tchernobyl. Or, même si seuls des feux couvants subsistent, plusieurs experts ont fait part à Sputnik de leur inquiétude.

L’incendie qui s’était déclaré dans la zone d’exclusion autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl a détruit 12 villages abandonnés et la forêt surnommée «Rousse», dont les arbres avaient été fortement modifiés par les radiations il y a 34 ans. Le feu a également touché les tombeaux abritant les engins contaminés utilisés par les liquidateurs en 1986.

Mardi 14 avril, le service ukrainien pour les situations d’urgence a annoncé que l’incendie avait été maîtrisé et qu’il ne restait que des feux couvants.

Une situation critique

Natalia Degtiarenko, une porte-parole de l’exploitant des centrales nucléaires ukrainiennes Energoatom, avait plus tôt qualifié la situation d’incontrôlable et de critique.

Plusieurs experts convergent pour dire que le danger principal tient au fait que des particules radioactives pourraient être emportées par le vent vers des villes et y contaminer l’air.

En outre, des isotopes pourraient retomber au sol et se retrouver sur les fruits et légumes.

Face à cette situation, les Ukrainiens ne sont pas les seuls à être inquiétés. En effet, après l’accident de 1986 un nuage radioactif avait recouvert une grande partie du continent européen, bien que les territoires les plus contaminés aient été en Ukraine, en Biélorussie et en Russie.

Les experts russes interrogés par Sputnik sont unanimes pour reconnaître que les feux dans la zone d’exclusion sont extrêmement dangereux pour l’environnement et que l’envergure du préjudice reste à déterminer.

Le risque de contamination radioactive persiste

Selon eux, il y a un très grand risque de propagation incontrôlable des matières radioactives contenues dans les différents tombeaux à proximité de la centrale de Tchernobyl. 

«La terre autour de la centrale est contaminée. La centrale proprement dite n’a été nettoyée que dans la mesure du nécessaire pour sécuriser le travail des ouvriers. Mais une quantité de radiation immense s’est accumulée sur des dizaines de kilomètres aux alentours. Il est impossible de les nettoyer. Les incendies ont déclenché une nouvelle contamination radioactive des territoires attenants», a expliqué un activiste.

«C’est un incendie radioactif. Tous les polluants des forêts de Tchernobyl (il s’agit du césium, du strontsium et des radionucléides) sont actuellement soulevés par le vent et dispersés au-dessus de la région de Kiev», a détaillé Mikhaïl Popkov, ex-dirigeant du centre d’information du département ukrainien des forêts.

Entre-temps, le service ukrainien pour les situations d’urgence affirme que le taux de radiation à Kiev et dans sa région ne dépasse pas la norme.

Les spécialistes russes et biélorusses restent toutefois aux aguets et n’excluent pas que la situation puisse se dégrader. 

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Tags:
radioactivité, incendie, Tchernobyl (centrale nucléaire)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook