International
URL courte
111050
S'abonner

Interrogé sur les propos du Président vénézuélien qui avait accusé des membres de la garde de Donald Trump d’être liés à un coup d’État et d'une tentative d'assassinat sur sa personne, le Président des États-Unis a déclaré devant les journalistes que cela n’avait «rien à voir» avec son gouvernement.

Les autorités américaines n'ont aucun lien avec une tentative de s’infiltrer au Venezuela par voie maritime le 3 mai, a déclaré Donald Trump aux journalistes massés sur la pelouse de la Maison-Blanche avant son départ pour l'Arizona ce mardi 5 mai.

«Je viens d’être informé de cela. Quoi qu’il en soit, nous vous tiendrons au courant. Cela n'a rien à voir avec notre gouvernement», a répondu le Président des États-Unis quand il a été interrogé sur les propos du Président vénézuélien Nicolas Maduro qui a accusé la garde de Trump d’être impliqués dans une tentative d’assassinat le visant.

Une tentative d’assassinat contrecarrée

Auparavant, le gouvernement vénézuélien avait annoncé le 3 mai avoir contrecarré une tentative d’invasion par voie maritime par un groupe de mercenaires. Le Président Maduro avait par la suite déclaré que cette attaque avait eu pour objectif son assassinat.

En outre, selon lui, il s’agissait d’un groupe de «mercenaires» formés sur le territoire colombien, financé et soutenu par les gouvernements américain et colombien.

Par la suite, au moins 13 personnes ont été arrêtées en lien avec cet incident. Parmi eux, deux membres de la sécurité de Donald Trump, notamment Luke Denman et Airan Berry, avait annoncé Maduro en montrant leurs passeports pendant son discours.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
politique, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook