International
URL courte
4918
S'abonner

Washington serait sur le point de refuser d’aider les pays pauvres à lutter contre le coronavirus en prenant ses distances par rapport à la résolution de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui soutiendra le droit de ces pays à ignorer les brevets afin d’avoir accès à un vaccin, relate le Financial Times.

Les États-Unis seraient contre l’idée de partager l’éventuel vaccin contre le Covid-19 avec les pays pauvres, a annoncé mardi 19 mai le Financial Times, se référant à des diplomates africains en poste à Genève qui participent à une réunion virtuelle de l’Assemblée mondiale de la santé (AMS), l’organe directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le journal, les diplomates américains ont tenté de convaincre leurs collègues d’Afrique d’atténuer une future résolution de l’OMS qui formule des conditions d’octroi d’aide aux pays pauvres dans la lutte contre le coronavirus. Le projet de résolution prévoit notamment de permettre à ces pays d’avoir accès à un vaccin sans acheter de brevet. Les pays africains ont rejeté la proposition américaine par crainte que Washington essaie de les empêcher d'obtenir un vaccin.

Retirer toute référence à la déclaration de Doha?

La Déclaration de Doha, signée par les ministres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, indique que les gouvernements peuvent passer outre la propriété intellectuelle en cas de situation d'urgence sanitaire nationale comme le SIDA, le paludisme, la tuberculose ou «d'autres épidémies».

Les États-Unis et d'autres pays ayant une industrie pharmaceutique solide, notamment le Royaume-Uni, la Suisse et le Japon, souhaiteraient que les références à la Déclaration de Doha soient retirées de la future résolution, selon le Financial Times.

Laisser «le reste du monde se débrouiller seuls»

«Ce que nous avons vu dans le passé, c'est que les pays riches se précipitent au premier rang et laissent le reste du monde se débrouiller seul», estime Ellen 't Hoen, directrice du groupe de recherche Medicines Law & Policy, dont les propos ont été repris par le journal.

Elle a rappelé que les pays africains avaient mis près de dix ans pour se procurer des médicaments abordables contre le SIDA, période durant laquelle des millions de personnes sont décédées.

«Les États-Unis sont certains qu'ils seront les premiers à recevoir le vaccin, mais ce n'est peut-être pas vrai» a noté le représentant d’un pays ouest-africain cité par le Financial Times.

Le vote sur la résolution de l'OMS consacrée à l'aide aux pays pauvres devrait se tenir ce mardi 19 mai. Bien que les États-Unis avancent clairement leurs objections, la résolution devrait être adoptée, estime le Financial Times.

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
États-Unis, Afrique, vaccin, OMS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook