International
URL courte
31136
S'abonner

Le Premier ministre britannique a signalé lors d’un point de presse quotidien à Downing street que le coronavirus avait probablement affecté sa vue.

Lundi 25 mai, le Premier ministre britannique a déclaré lors de son point de presse quotidien de Downing street que sa vision s’était altérée depuis sa convalescence.

«Je constate que je dois porter des lunettes pour la première fois depuis des années... Je pense que c’est très très plausible que la vue puisse être un problème associé au coronavirus», a signalé Boris Johnson.

Le 5 avril, il avait été admis  à l’hôpital St Thomas de Londres en raison de symptômes persistants du Covid-19. Une semaine plus tard il a quitté l’établissement où il avait passé trois jours en soins intensifs, pour poursuivre sa convalescence dans sa résidence de Chequers.

Il est revenu à Downing street le 27 avril.

«C’était un test pour le Premier ministre et il a échoué»

Le Premier ministre est actuellement l’objet d’une polémique au sujet de son conseiller Dominic Cummings qui a enfreint le confinement instauré pour lutter contre le coronavirus au Royaume-Uni. L’infraction a causé de la confusion et de la colère au sein de la société.

Boris Johnson a soutenu son conseiller affirmant que celui-ci n'avait «pas d'autre choix» que de voyager de Londres au nord-est pour la garde de son enfant.

Selon lui, son conseiller a agi de «façon responsable, légale et intègre».

Le chef de l’opposition travailliste Keir Starmer a exprimé une opinion tout à fait différente.

«C’était un test pour le Premier ministre et il a échoué», a-t-il réagi dénonçant «une insulte aux sacrifices faits par le peuple britannique».

Lire aussi:

Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Tags:
lunettes, Covid-19, Boris Johnson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook