International
URL courte
132712
S'abonner

Questionné au sujet d’une éventuelle participation de la Russie au prochain sommet du G7, comme le propose Donald Trump, Paris a déclaré que la décision devrait «être prise d’un commun accord par les pays du G7» et qu'il y avait besoin «de consensus au sein du groupe».

L’actuel résident de la Maison-Blanche ayant émis l’idée d’inviter la Russie au prochain sommet du G7 qui est prévu aux États-Unis, une question à ce sujet a été posée lors d’un point de presse au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.

«La décision concernant la Fédération de Russie a été prise en 2014 par le G7. De la même façon, toute nouvelle décision devra être prise d’un commun accord par les pays du G7, à l’aune de la mise en œuvre des accords de Minsk», a indiqué le porte-parole du ministère.

L’Élysée s'est également prononcé sur l’idée, rappelant que les causes de l’exclusion de la Russie du G7, en mars 2014, n’avaient pas disparu.

«La Russie a été exclue du G7 pour des raisons précises et aujourd'hui nous ne voyons pas que cette situation ait changé», a déclaré ce 3 juin une source à l’Élysée citée par Reuters.

Toutefois, a-t-elle ajouté, «il faut trouver les moyens du dialogue avec la Russie», ce qui est «l'avis du Président et d'autres partenaires internationaux.

«Il y a toutes sortes de manières de dialoguer […] En tout cas il faut le consensus au sein du groupe et on sait qu'il n'y a pas de consensus sur ce sujet-là», a-t-elle conclu.

Reporté dans un premier temps au moins de juin, le sommet a été une nouvelle fois repoussé par Donald Trump à septembre, mais devrait réunir les chefs d’État en personne.

L’idée de Trump vue par la Russie

Donald Trump avait précédemment affirmé que le G7 dans son format actuel était «un groupe de pays très dépassé» qui ne représentait pas «correctement ce qu’il se passe dans le monde» et avait annoncé vouloir inviter au prochain sommet quatre pays: la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie.

Moscou a d’ores et déjà déclaré qu’il avait «pris note» de la qualification donnée au G7 par le Président des États-Unis, mais qu’il lui était impossible de dire quoi que ce soit de concret quant à cette idée, car il restait de «nombreuses questions».

Le ministère russe des Affaires étrangères a souligné qu’il existait un autre format efficace, celui du G20, qui regroupe le G7, les BRICS et «plus généralement, les grands centres de la croissance économique et de l’influence politique du monde entier et pas seulement d’une partie de celui-ci».

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Une femme soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Nancy Pelosi
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Tags:
sommet, G7, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook