International
URL courte
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (111)
121310
S'abonner

Le Haut commissariat de l’Onu pour les réfugiés a appelé à une enquête indépendante sur toutes les attaques contre la police et les manifestants aux États-Unis qui ont entraîné des blessés et des morts.

Toutes les actions des autorités et des manifestants ayant entraîné la mort ou des blessures aux États-Unis doivent faire l'objet d’«une enquête indépendante, impartiale et transparente», a déclaré la haut commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué publié mercredi 3 juin par le HCR.

«Comme je l’ai déjà dit, la violence, le pillage et la destruction de biens et des environs ne résoudront pas le problème de la brutalité policière et de la discrimination enracinée. Je réitère mes appels aux manifestants pour qu'ils expriment pacifiquement leurs demandes de justice et pour que la police prenne le plus grand soin de ne pas enflammer la situation par le recours à une force excessive», a indiqué la haut commissaire.

«Racisme structurel» et «agression sans précédent»

Mme Bachelet a en outre dénoncé le «racisme structurel» et l’«agression sans précédent» contre les journalistes aux États-Unis.

«Les voix qui réclament la fin des meurtres d'Afro-Américains non armés doivent être entendues. Les voix qui réclament la fin de la violence policière doivent être entendues. Et les voix qui demandent la fin du racisme endémique et structurel qui sévit dans la société américaine doivent être entendues», a déclaré la haut commissaire.

Elle a critiqué le «recours inutile et disproportionné à la force par les forces de l'ordre, y compris l'utilisation aveugle et abusive d'armes et de munitions non létales» contre les journalistes.

Selon elle, il «y a eu au moins 200 incidents signalés de journalistes couvrant les manifestations qui ont été agressés physiquement, intimidés ou arrêtés de façon arbitraire, bien que leurs cartes de presse soient clairement visibles»

«Ce qu’il s'est passé est une attaque sans précédent contre des journalistes. Dans certains cas, ils ont été attaqués ou même arrêtés alors qu'ils étaient en direct. C’est d’autant plus choquant que la liberté d’expression et celle des médias sont des principes fondamentaux aux États-Unis, au cœur de l’identité du pays», a noté Mme Bachelet.

Manifestations contre les violences policières aux États-Unis

Plusieurs personnes, dont des membres des forces de l'ordre, sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées lors des manifestations et émeutes qui ont eu lieu dans de nombreuses villes des États-Unis après la mort d’un Afro-Américain, George Floyd, lors d’une interpellation musclée à Minneapolis le 25 mai.

Des vidéos postées sur Internet montrent un agent de police en train de menotter M.Floyd, avant de l’écraser au sol et de lui mettre un genou sur le cou, alors que George Floyd dit à plusieurs reprises qu'il ne peut pas respirer. L’homme est décédé en soins intensifs.

Depuis le début des émeutes, quatre policiers ont été licenciés et l'un d'eux a été accusé de négligence.

Dossier:
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (111)

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
enquête, États-Unis, ONU, L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Michelle Bachelet
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook