International
URL courte
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (109)
171030
S'abonner

Les pillards ont pu cibler certains magasins à New York lors des manifestations provoquées par le meurtre de George Floyd en raison d'un échec du renseignement, selon un haut responsable de la police.

Le commissaire adjoint du renseignement et de la lutte contre le terrorisme à la police de New York, John Miller, a revendiqué la responsabilité des maraudages et des pillages survenus lors des manifestations déclenchées par la mort de George Floyd, relate CNN. 

«Sur les pillages, c'est un échec du renseignement», a-t-il avoué lors d’une conférence de presse le 6 juin.

«Si plusieurs personnes sont allées à un certain endroit à un certain moment pour commettre des actes criminels et que nous ne les avons pas identifiées, c'est ma faute», a déclaré le 6 juin M.Miller, ajoutant que les policiers monitoraient les réseaux sociaux pour identifier les appels à des actions illégales.

Selon lui, les forces de l’ordre de New York ont tenté de détecter la source des appels au maraudage, mais elles tendent à croire que les groupes criminels ont simplement profité de la situation.

Des troubles aux États-Unis

Dans plusieurs grandes villes américaines, des manifestations et des violences urbaines se sont produites après le meurtre de George Floyd à Minneapolis le 25 mai.

Les protestations ont été marquées par des violences, pillages et confrontations avec les forces de l’ordre.

Dossier:
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (109)

Lire aussi:

La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
L’ex-Monsieur Brexit inquiet d’une sortie française de l’UE
Un Français qui «ne s’est jamais battu de sa vie» vit un enfer dans les geôles turques
Les Tatars de Crimée proposent à Erdogan de se rencontrer sur leur sol
Tags:
pillage, renseignement, États-Unis, New York
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook