International
URL courte
71127
S'abonner

Face à la pénurie de travailleurs saisonniers, le gouvernement italien a pris la décision de régulariser jusqu’à 200.000 migrants illégaux se trouvant dans le pays.

La fermeture des frontières due à l’épidémie de Covid-19 a aggravé la pénurie de saisonniers dans l’agriculture en Italie. Face au manque de main d'œuvre, l’Italie a commencé depuis le 1er juin 2020 à accorder des cartes de séjour aux migrants illégaux présents dans le pays, rapporte Franceinfo.

La ministre italienne de l’Agriculture Teresa Bellanova a récemment affirmé que son pays avait besoin de 270.000 à 350.000 travailleurs saisonniers dans le secteur agricole. C’est pour cette raison qu’environ un tiers des près de 600.000 immigrants clandestins se trouvant aujourd’hui sur le sol italien bénéficieront d’un accompagnement pour s’installer.

Une mesure critiquée

La mesure suscite les critiques, notamment des membres de la Ligue du Nord et de certains responsables dont le maire de Bergame, Giorgio Gori. «Est-ce qu’il n’y a pas d’Italiens en difficulté? [...] Pourquoi régulariser 200.000 citoyens non européens, [autre que pour, ndlr] payer deux ou trois euros de l’heure pour les étrangers est moins cher», se demande-t-il.

Pour sa part, la ministre de l’Agriculture persiste et signe: «Nous avons besoin d’eux pour continuer le fonctionnement normal de la chaîne alimentaire». Le gouvernement a néanmoins décidé que les employeurs condamnés par le passé pour des délits liés à l’embauche illégale et à la facilitation de l’immigration illégale ne pourront pas demander à régulariser un immigrant qu’ils souhaitent embaucher.

Lire aussi:

Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rivière en crue emporte un camion dans le Gard – vidéo
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
immigration clandestine, Covid-19, migrants, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook