International
URL courte
22732
S'abonner

Tbilissi a annoncé avoir terminé l’installation des moyens de défense antiaérienne achetés en France en 2015. À présent, il reste à mettre en place le système de contrôle de ces armes, selon le ministre de la Défense du pays, Irakli Garibachvili.

L’armée géorgienne a installé des systèmes sol-air de fabrication française dans les sites spécialement construits à cette fin, a annoncé vendredi 12 juin le ministre géorgien de la Défense, Irakli Garibachvili.

«Les travaux de construction des sites et le déploiement des systèmes de défense aérienne français sont terminées. À présent, nous mettons en place un système de surveillance et de contrôle, ce travail devrait être achevé d’ici 2021», a indiqué le ministre devant les parlementaires.

D’après M.Garibachvili, le ministère accorde une grande attention au développement de l'aviation militaire, en modernisant sans cesse les avions.

Systèmes de DCA français pour la Géorgie

La Géorgie a signé durant l’été 2015 des accords sur l’achat de systèmes de missiles sol-air et de radars militaires répondant aux normes de l’Otan avec les sociétés Thales-Raytheon Systems (TRS) et MBDA, selon les médias.

Levan Izoria, prédécesseur de M.Garibacvhvili au poste de ministre de la Défense, s'est rendu à plusieurs reprises en France pour négocier les livraisons de matériels avec ses homologues Jean-Yves Le Drian puis Florence Parly.

En 2018, les deux pays ont signé un nouveau contrat portant sur l’acquisition d'un système de commande et de contrôle de la défense aérienne dans le cadre d’un déplacement de M.Izoria en France.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Joe Biden perd le nord lors du sommet du G7 – vidéo
Tags:
radar, défense antiaérienne, France, Géorgie (pays issu de l'ex-URSS)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook