International
URL courte
16147
S'abonner

Le premier ministre kosovar Avdullah Hoti a annoncé qu'il ne se rendrait pas à Washington pour négocier avec la Serbie après que le président de la province sécessionniste Hashim Thaçi a été inculpé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis entre 1998 et 2000.

Après l'inculpation du président kosovar Hashim Thaçi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, le gouvernement de la province sécessionniste a refusé de participer aux discussions avec la Serbie sous médiation américaine prévues à la Maison-Blanche.

Selon l'AFP, Hashim Thaçi et son premier ministre, Avdullah Hoti, devaient s'entretenir à Washington avec une délégation serbe dans l'objectif de normaliser les relations avec Belgrade, qui ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo autoproclamée en 2008.

«Du fait de ces nouveaux développements, je dois rentrer à Pristina pour gérer la situation», a expliqué M.Hoti sur sa page Facebook.

Le chef du gouvernement kosovar, qui était à Bruxelles pour une rencontre avec des représentants de l'Union européenne, précise qu'il a informé le médiateur américain Richard Grenell.

Mise en accusation

Le 24 juin, le Bureau du procureur spécial sur le Kosovo (SPO), qui siège à La Haye, a annoncé la mise en accusation d'Hashim Thaçi, ancien chef de la guérilla kosovare, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis entre 1998 et 2000, dont une centaine de meurtres.

Élu président du Kosovo en 2016, Hashim Thaçi a été l'un des chefs de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) pendant l'insurrection de 1998-2000 contre les forces de Belgrade.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
crimes de guerre, négociations, Kosovo, Hashim Thaçi, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook