International
URL courte
5322
S'abonner

L’évolution de la confrontation entre les États-Unis et la Chine a atteint un niveau auquel on ne pouvait pas s’attendre il y a quelques années, a estimé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

On pouvait prévoir une montée des tensions entre la Chine et les États-Unis ces dernières années, mais pas au point où elles en sont actuellement, a déclaré lundi 6 juillet Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«Il y a trois ou quatre ans, on ne pouvait pas imaginer le niveau de confrontation [actuel, ndlr] entre Washington et Pékin: ces guerres commerciales, sanctions, listes noires, listes de sanctions, interdictions d'entrée réciproques, interdictions d’utiliser certaines technologies et bien d'autres choses qu’on voit actuellement. Il était possible de le prédire, mais pas au niveau que nous observons aujourd'hui», a indiqué Mme Zakharova dans une interview en ligne.

Ces derniers mois, les relations entre les États-Unis et la Chine se sont tendues pour plusieurs raisons. Les deux pays ont notamment des divergences concernant la réciprocité commerciale, la situation à Hong Kong, les droits des minorités ethniques en Chine, la pandémie de Covid-19 et le refus de Pékin de participer aux négociations sur le contrôle des armements.

Aggravation des relations entre Pékin et Washington

Les tensions sino-américaines se sont de nouveau aggravées après l’adoption par Pékin d’une loi sur la sécurité nationale dans le territoire autonome de Hong Kong, qui selon ses détracteurs menace l’autonomie et les libertés de l’ex-colonie britannique.

Anticipant l’entrée en vigueur de ce texte, les États-Unis ont introduit des restrictions de visas à l’encontre de certains responsables chinois accusés de «saper l’autonomie hongkongaise». Washington a en outre arrêté les exportations de technologies de défense et à double usage à Hong Kong et décidé d’annuler les préférences accordées à cette région.

Lire aussi:

Qui peut risquer la mort en consommant du miel? Une nutritionniste répond
Erdogan: la Turquie poursuivra ses explorations géologiques en Méditerranée malgré les menaces de sanctions
«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Tags:
ministère russe des Affaires étrangères, Russie, Maria Zakharova, Hong Kong, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook