International
URL courte
175848
S'abonner

Donald Trump a accentué la pression sur la Chine, en annonçant la fin du régime économique préférentiel accordé par les États-Unis à Hong Kong et en signant une loi prévoyant des sanctions contre la «répression» dans le territoire chinois. En réaction, Pékin a menacé Washington de représailles.

La Chine a menacé ce 15 juillet les États-Unis de représailles après la promulgation par le Président Trump de sanctions contre le traitement par Pékin du territoire chinois autonome de Hong Kong.

«Afin de sauvegarder ses intérêts légitimes, la Chine apportera la réponse nécessaire et imposera des sanctions aux personnes et aux entités américaines concernées», a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

La fin du traitement préférentiel pour Hong Kong

Donald Trump a annoncé mardi 14 juillet qu'il mettait fin au régime économique préférentiel accordé par les États-Unis à Hong Kong et qu'il avait également signé une loi prévoyant des sanctions contre la répression dans le territoire chinois.

Ces mesures répondent à l'imposition par la Chine de la loi sur la sécurité nationale.

«Aujourd'hui, j'ai signé une loi et un décret pour faire rendre des comptes à la Chine en raison de sa répression de la population de Hong Kong», a déclaré le Président américain lors d'une conférence de presse.

La loi sur l'Autonomie de Hong Kong, approuvée à l'unanimité par le Congrès, «donne à mon administration de puissants nouveaux outils pour faire rendre des comptes aux individus et aux entités impliqués dans la répression des libertés à Hong Kong», a souligné M. Trump.

«J'ai aussi signé un décret mettant fin au traitement préférentiel pour Hong Kong», a-t-il ajouté.

«Hong Kong sera traité comme la Chine: pas de privilège spécial, pas de traitement économique spécial et pas d'exportations de technologies sensibles», a-t-il dit.

Le milliardaire républicain a estimé que le contrôle exercé par Pékin sur Hong Kong marquait la fin du pouvoir économique du territoire. «Nous avons perdu un concurrent très sérieux», a-t-il ajouté, cité par l'AFP.

Il a aussi prédit une hémorragie des cerveaux à Hong Kong. «Leur liberté leur a été retirée (...), beaucoup de gens vont partir».

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Donald Trump, sanctions, Hong Kong, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook