International
URL courte
Par
164816
S'abonner

Au cours des plaidoiries qui se sont déroulées au tribunal du quartier moscovite de Solntsevo, l’accusation a demandé de la prison ferme contre trois employés de l’aéroport de Vnoukovo responsables selon elle du crash du Falcon 50 EX à bord duquel Christophe de Margerie, PDG de Total, a trouvé la mort en octobre 2014.

Dans le cadre de l’affaire sur le crash du Falcon 50 EX qui a ôté la vie au PDG de Total Christophe de Margerie et des trois membres d’équipage lors qu’il décollait de l’aéroport de Vnukovo en octobre 2014, l’accusation a requis de la prison ferme pour les employés en charge du départ sécurisé de l’avion d’affaires, a indiqué à Sputnik Igor Tchernetski, avocat du directeur des opérations en vol Roman Dounaïev.

«Le procureur a demandé au cours des plaidoiries de condamner mon client Roman Dounaïev à six ans et deux mois de la colonie pénitentiaire, [Alexandre] Krouglov à six ans, [Nadejda] Arkhipova à cinq ans et 10 mois», a indiqué avocat.

Il a rappelé que les accusés n’avaient pas plaidé coupables et que le verdict devrait être prononcé peu de temps après la fin des plaidoiries.

Le tribunal en question a condamné le 7 juillet 2017 le conducteur de la déneigeuse, Vladimir Martynenko, et de l'ingénieur de service, Vladimir Ledeniov, chacun à quatre et 3,5 ans de colonie pénitentiaire. Ils ont néanmoins été amnistiés à l’occasion du 70e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique.

Le déroulement du drame

Selon l'enquête, dans la nuit du 20 au 21 octobre 2014, le conducteur de la déneigeuse Vladimir Martynenko, qui se trouvait sous l'emprise de l'alcool au moment du drame, a perdu ses repères et, en violation de toutes les règles de sécurité, s'était retrouvé sur la piste, ce qui a échappé à la vigilance de l'ingénieur de service Vladimir Ledeniov.

Toujours d'après les juges d'instruction, le directeur des opérations en vol Roman Dounaïev et les contrôleurs Alexandre Krouglov et Nadejda Arkhipova étaient au courant de l'éventuel danger que courait l'avion, mais n'en ont pas informé les pilotes.

En outre, le décollage de l'appareil était contrôlé par une stagiaire qui n'était pas au courant de la présence du chasse-neige sur la piste. Les pilotes de l'avion ont aperçu l'engin tardivement et n'ont pas été en mesure d'arrêter le décollage, car la vitesse de l'avion était déjà trop élevée.

L'aéronef a fini par percuter la déneigeuse avec son train d'atterrissage droit avant de se renverser sur la piste. La chute et l’incendie qui s'est par la suite déclaré ont emporté les vies des trois membres de l'équipage et de l'unique passager.

Lire aussi:

Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Un homme battu à mort dans une cité de Marseille
Dans l’affaire Adama Traoré, l’une des expertises dédouanant les gendarmes est annulée
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
Vnoukovo (aéroport), Dassault-Breguet Falcon 50, Christophe de Margerie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook