International
URL courte
15719
S'abonner

Ali Khamenei a déclaré que l’Iran ne pardonnerait pas l’assassinat du général Soleimani par les Américains et porterait «certainement un coup en représailles aux États-Unis» qui cherchent à créer une vacance du pouvoir dans les pays de la région.

L’Iran n’oubliera pas l’assassinat par les Américains du général Qassem Soleimani et ne le laissera pas impuni, a déclaré le guide suprême de la Révolution islamique iranienne, Ali Khamenei, au cours d’une rencontre avec le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kadhimi.

«Ils [les États-Unis, ndlr] ont tué votre invité chez vous et ils ont avoué de façon flagrante ce crime […] La République islamique d'Iran n'oubliera jamais le martyre de Qassem Soleimani et portera certainement un coup en représailles aux États-Unis», a-t-il indiqué, cité par son site.

Ali Khamenei a ajouté que Washington et ses agents cherchaient toujours à créer une vacance du pouvoir dans les pays de la région en vue de semer le chaos et à préparer le terrain pour intervenir.

Mustafa al-Kadhimi a rencontré l'imam Khamenei ce 21 juillet 2020, a précisé le site.

Représailles de l’Iran

Donald Trump fait actuellement l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires iraniennes à la suite des frappes de drones qui ont coûté la vie au général Soleimani, avait précédemment indiqué l’agence de presse iranienne Mehr.

Le général Qassem Soleimani a été tué début janvier à Bagdad. L’Iran a tiré plusieurs roquettes sur deux bases américaines en Irak dans le cadre d’une opération de représailles. Après avoir annoncé dans un premier temps que ces tirs n’avaient fait «aucun blessé», Washington a finalement admis qu’il y en avait eu, révisant plusieurs fois leur nombre à la hausse.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Un maire français frappé au visage et attaqué avec un feu d’artifice
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
ayatollah Ali Khamenei, Qassem Soleimani, États-Unis, Irak, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook