International
URL courte
0 11
S'abonner

Après la parution dans la presse d'informations concernant le limogeage du chef de la diplomatie tunisienne, un communiqué officiel confirmant la démission de Noureddine Erray de ses fonctions a été émis sans que la cause de cette décision ne soit explicitée. En attendant la formation d’un nouveau gouvernement, Salma Ennaifer assurera l'intérim.

Le Premier ministre tunisien, Elyes Fakhfakh, a limogé ce vendredi 24 juillet Noureddine Erray, son chef de la diplomatie, annonce le communiqué officiel dont Sputnik a obtenu une copie.

«Après des consultations avec le Président tunisien Kaïs Saïed, le Premier ministre a décidé de démettre de ses fonctions le ministre des Affaires étrangères Noureddine Erray», détaille le document. Les raisons de ce licenciement ne sont pas précisées.

On apprend en outre que Salma Ennaifer a été nommée ministre par intérim.

Situation politique en Tunisie

Le Premier ministre a lui-même remis sa démission au Président le 15 juillet. Il a ensuite procédé à un remaniement ministériel en limogeant les ministres qui représentaient le parti adverse Ennahda.

Jeudi 23 juillet était la date limite de soumission des noms des candidats au poste de Premier ministre.

Après l'annonce de la démission de Fakhfakh, le Président a entamé dans les jours qui ont suivi des consultations quant à l'identité de son successeur.

Le gouvernement de Farfakh formé en février dernier était le 11e depuis la révolution de 2011.

Un conflit d'intérêts

Le 13 juillet, le parti islamiste modéré, Ennahda, majoritaire au parlement, a crié au conflit d'intérêts, pointant du doigt le fait que le Premier ministre possède des parts dans plusieurs entreprises. L'une d'entre elles, dans le domaine de l'environnement, a remporté deux appels d'offres du gouvernement pour un montant de 44 millions de dinars, soit plus de 12,8 millions d’euros.

En réponse à la volonté d’Ennahda de changer le cabinet actuel, Elyes Fakhfakh avait annoncé dans un communiqué de presse publié le même jour, son intention de procéder à un remaniement ministériel partiel. En effet, il s’agissait d’en exclure les ministres du parti Ennahda dont la réaction ne s’est pas fait attendre: le bloc parlementaire du parti a déposé une motion de censure contre le Premier ministre. La motion a rassemblé 105 voix, soit presque le nombre requis pour retirer la confiance au chef du gouvernement (109 voix).

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Tags:
démission, diplomatie, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook