International
URL courte
18493
S'abonner

Des mesures restrictives ont été décidées par l’Union européenne à l'encontre de six personnes et trois entités de Russie, de Chine et de Corée du Nord que les 27 estiment responsables de cyberattaques.

L’Union européenne a décidé ce 30 juillet, pour la première fois, l’introduction de sanctions individuelles à l’encontre de personnalité et entités de Russie, de Chine et de Corée du Nord à la suite de supposées cyberattaques mettant en danger l’UE et ses pays membres, indique dans une déclaration le Conseil de l’institution.

«Le Conseil a décidé d'imposer des mesures restrictives à l'encontre de six personnes et de trois entités responsables de diverses cyberattaques ou ayant participé à celles-ci. Il s'agit notamment de la tentative de cyberattaque contre l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) et de celles connues sous les noms de WannaCry, NotPetya et Operation Cloud Hopper», a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, dans un communiqué repris par l’AFP.

C'est la première fois que l'UE a recours à de telles mesures dans la lutte contre des cyberattaques. Les sanctions frappent quatre ressortissants russes et deux autres chinois, ainsi que trois sociétés: une russe, une chinoise et une nord-coréenne. Elles comprennent l’interdiction d’entrer dans l'UE et le gel des avoirs de ces entreprises sur le territoire européen.

«Décision prise à 27»

Le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères a souligné pour sa part que l’UE avait adopté ces mesures à l’unanimité des États membres.

«Nous nous félicitons de cette décision prise à 27», a-t-il indiqué.

Ces sanctions s’inscrivent dans le cadre du régime de sanctions cyber dont la France avait activement soutenu l’adoption le 17 mai 2019, ainsi que le renouvellement pour un an le 14 mai dernier, a encore rappelé le ministère.

«La France rappelle son attachement et son engagement actif pour promouvoir un cyberespace libre, ouvert et sûr, dans lequel le droit international s’applique pleinement», a-t-il noté.

La Russie

Les autorités de Russie ont rejeté à plusieurs reprises les affirmations de l’Occident l’accusant de mener des cyberattaques, et notamment d’avoir interféré dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

Lire aussi:

La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Tags:
Corée du Nord, Chine, sanctions, Union européenne (UE), Russie, cyberattaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook