International
URL courte
11925
S'abonner

Le moteur de recherche de Google Maps et Google Search signalera les entreprises appartenant à des Noirs à l’aide d’un logo spécial, sur. Le groupe affirme que cette mesure répond à une demande réelle des utilisateurs.

Google va mettre en place un système qui permettra d’identifier les entreprises appartenant à des Noirs, rapporte le site spécialisé The Verge. Cette mesure s’appliquera à Google Maps et Google Seach.

Concrètement, le moteur de recherche affichera un badge en forme de cœur noir, à côté des résultats concordants. Les propriétaires des établissements concernés devront néanmoins se manifester auprès de Google, pour obtenir leur badge.

En 2018, la même expérience avait été tentée auprès des établissements dirigés par des femmes ou des membres de la communauté LGBT.

​Une demande croissante?

Dans un communiqué, Google affirme que cette mesure répond à un véritable besoin. Le géant américain explique en effet avoir remarqué «une augmentation des recherches en ligne pour les entreprises appartenant à des Noirs», depuis la vague de manifestation liées au mouvement Black Lives Matter.

Un constat partagé par le site Yelp, qui publie des avis participatifs sur les commerces locaux. Selon un rapport de la compagnie, les recherches pour les entreprises appartenant à des Noirs ont bondi durant la période du 25 mai au 10 juillet, pour atteindre 2,5 millions de requêtes.

Le 17 juin, Google avait déjà annoncé qu'il allait débloquer 275 millions de dollars pour lutter contre les discriminations raciales. Le groupe a aussi déclaré vouloir améliorer la représentation des Noirs aux postes à responsabilités, jusqu’à atteindre 30% de dirigeants issus des minorités en 2025.

Lire aussi:

Près de 40.000 nouvelles contaminations en 24 heures en France
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Biden va retirer toutes les troupes américaines d'Afghanistan
Tags:
Yelp, racisme, Black Lives Matter, Google Maps, Google
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook