International
URL courte
Par
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)
6123
S'abonner

L’arrivée massive de blessés dans les hôpitaux de Beyrouth après l’explosion dans le port pourrait entraîner l’augmentation du nombre de nouveaux cas de Covid-19 au Liban, a annoncé la chaîne de télévision CBS, qui se réfère au directeur de l’hôpital universitaire Rafic-Hariri, Firas al-Abyad.

Le Liban risque de faire face à la multiplication des infections par le coronavirus parce que les hôpitaux de la capitale et les centres de transfusion sanguine sont débordés suite à l’explosion dans le port, a déclaré jeudi 6 août le Dr Firas al-Abyad, directeur de l'hôpital universitaire Rafic-Hariri, cité par la chaîne de télévision CBS.

«Sans aucun doute, l’immunité collective [contre le Covid-19, ndlr] diminuera au Liban par rapport à la période d’avant l’explosion. Cela aura des conséquences à moyen et à long terme pour notre pays. Les hôpitaux libanais ont besoin d’aide», a indiqué M.al-Abiyad.

Selon le médecin, on peut s’attendre à une hausse du nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans les 10 ou 15 prochains jours.

Au total, plus de 5.400 cas de Covid-19 ont été recensés au Liban depuis le début de la pandémie, 68 personnes en sont décédées.

Explosion à Beyrouth

Une puissante explosion s’est produite le 4 août dans le port de la capitale libanaise. L’onde de choc a rasé ou endommagé plusieurs dizaines de bâtiments, laissant plus de 300.000 personnes sans abri. Au moins 137 personnes ont été tuées et 5.000 autres blessées, plusieurs dizaines sont portées disparues.

Selon le ministère libanais de l’Intérieur, l’explosion a été provoquée par la détonation de 2.700 tonnes de nitrate d’ammonium, confisquées par les douanes il a six ans et stockées dans la zone portuaire.

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)

Lire aussi:

Les autorités du Haut-Karabagh décrètent la loi martiale et la mobilisation générale
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Moscou réagit aux tensions dans le Haut-Karabagh
La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
Tags:
risques, hôpital, pandémie, Covid-19, Beyrouth, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook