International
URL courte
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (103)
7720519
S'abonner

Le Président libanais a fait état de la «possibilité d'une interférence extérieure comme un missile, une bombe ou un autre moyen» concernant l'explosion qui a eu lieu à Beyrouth et a demandé à Emmanuel Macron de l'aider à le déterminer.

L'enquête sur la double explosion meurtrière et dévastatrice dans le port de Beyrouth n'exclut pas l'hypothèse d'une intervention extérieure, a déclaré le chef d’État libanais Michel Aoun.

«La cause n'a pas encore été déterminée. Il y a la possibilité d'une interférence extérieure comme un missile, une bombe ou un autre moyen», a-t-il précisé.

Des recherches seront menées dans trois directions: «Premièrement, comment le matériau explosif est entré et a été stocké [...], deuxièmement, est-ce que l'explosion est le résultat d'une négligence ou d'un accident [...] et troisièmement, la possibilité qu'il y ait une interférence extérieure», a expliqué M.Aoun.

Le chef d'État s'est en outre adressé à son homologue français, lui demandant de lui «fournir des images aériennes» afin que le Liban détermine «s'il y avait des avions dans l'espace [aérien] ou des missiles» au moment de la catastrophe.

Directeur du port interpellé

Des soldats israéliens dans les hauteurs du Golan contrôlées par Israël
© AP Photo / Ariel Schalit
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention dans le cadre de l'enquête sur l'explosion d'un entrepôt renfermant des tonnes de nitrate d'ammonium, a annoncé le procureur militaire Fadi Akiki.

Le directeur du port fait partie des personnes interpellées, selon la télévision libanaise. Les enquêteurs devraient passer au crible les actions des haut responsables du port, tant actuels que passés, chargés du stockage des matières dangereuses.

Précédemment, le gouvernement a assigné à résidence le personnel administratif du port sinistré jusqu'à que soit établie la culpabilité dans la double explosion qui a endommagé la moitié de la capitale libanaise et a fait plus de 150 morts et 5.000 blessés.

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (103)

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
ingérence, Michel Aoun, Beyrouth, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook