International
URL courte
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)
6152
S'abonner

Le parti Phalanges libanaises a annoncé que trois de ses représentants au parlement ont choisi de ne plus y siéger. Des démissions qui font suite aux explosions ayant dévasté le port de Beyrouth et causé la mort du secrétaire général de la formation politique. D’autres personnalités ont suivi leur exemple.

Le parti Phalanges libanaises, majoritairement chrétien, a vu trois de ses membres démissionner du parlement, rapporte le quotidien L'Orient-Le Jour. 

Les députés en question sont Samy Gemayel, Elias Hankache, et Nadim Gemayel, fils de l’ancien Président de la République assassiné en 1982 Bachir Gemayel.

L’annonce en a été faite lors des funérailles du secrétaire général du parti, Nizar Najarian, tué par l’explosion qui a eu lieu dans le port de Beyrouth.

«Nous avons décidé ce matin de démissionner du Parlement. Nizar Najarian est mort en martyr pour que nous puissions poursuivre le chemin […] Nous nous débarrassons de la logique des mensonges, et nous allons lutter pour le pays», a déclaré Samy Gemayel lors des funérailles.

Nadim Gemayel a quant à lui justifié sa démission en dénonçant des «institutions constitutionnelles improductives».

D’autres démissions

Plusieurs autres représentants ont également annoncé renoncer à assurer leurs fonctions parlementaires, en signe de protestation contre le régime en place

C’est le cas de la député indépendante Paula Yacoubian, qui a déclaré à CNN se sentir impuissante et comme «un faux témoin» à la chambre législative.

Le député Marwan Hamadé, affilié au Parti socialiste progressiste a également remis sa démission. Son collègue Michel Daher a, lui, préféré claquer la porte du bloc parlementaire Liban Fort, lié au Président Michel Aoun.

L'ambassadrice du Liban en Jordanie, Tracy Chamoun, a elle aussi annoncé quitter ses fonctions, pointant du doigt «l'incurie» des autorités de son pays.

Ces protestations politiques font suite à l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth. Le bilan provisoire est de 158 morts et plus de 6.000 blessés ; 21 personnes sont en outre toujours portées disparues, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Tags:
Hezbollah, Liban, Michel Aoun, Beyrouth
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook