International
URL courte
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)
2328125
S'abonner

Un sous-marin turc est entré dans les eaux territoriales de la Grèce et s'est approché du cap Sounion, situé à 45 kilomètres d'Athènes, relate le site ArmyVoice. Un autre sous-marin a été repéré non loin de Rhodes, selon cette même source.

Un sous-marin d'attaque turc de type 209 a été localisé par un hélicoptère grec dans les eaux territoriales de la Grèce alors qu'il traversait le détroit de Doro entre les îles d'Eubée et d’Andros et commençait à s'approcher de l'Attique, a annoncé samedi 15 août le site grec ArmyVoice, spécialisé dans l'actualité militaire.

La frégate Salamis a repéré le sous-marin alors qu'il se trouvait à l'ouest de Rhodes.

​Un autre autre submersible a été détecté près de l’île de Karpathos, située entre la Crète et Rhodes, ajoute ArmyVoice.

L’état d’alerte enclenché

D’après le site, l’aviation grecque a été placée en état d’alerte. Des hélicoptères munis de radars anti-sous-marins ont commencé leurs patrouilles au-dessus de la mer Égée, selon Army Voice.

Le média spécialisé affirme que de six à huit sous-marins turcs «effectueraient des manœuvres en vue de s’approcher du littoral grec» dans la mer Égée et la Méditerranée, loin des limites de la zone désignée par la Turquie via le système d’alerte international Navtex pour mener des analyses sismiques.

Huit chasseurs F-16 de l'armée de l'air turque se trouvent également dans la région. Ils assurent la sécurité du bateau Oruc Reis, qui effectue des travaux en Méditerranée, relate ce samedi 15 août le journal turc Milliyet.

Selon ArmyVoice, la Turquie tente de créer les conditions pour un incident militaire impliquant la Grèce afin de forcer Athènes à négocier la division des zones maritimes selon les conditions turques.

Montée des tensions entre Athènes et Ankara

La découverte, ces dernières années, de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit des pays riverains, comme la Grèce, Chypre, la Turquie, l'Égypte et Israël.

En juin, Ankara a multiplié les forages au large de Chypre, critiqué par la plupart des pays de la région et l'Union européenne qui jugent ces activités «illégales».

Le 7 août, les relations entre la Grèce et la Turquie se sont détériorées davantage après que Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'Athènes n'avait pas tenu ses promesses en reprenant les opérations de forage en Méditerranée. Le 11 août, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a annoncé que le pays avait décidé de relancer les travaux de forage sur le plateau continental malgré les protestations de la Grèce.

Le même jour, la Grèce a déployé sa Marine et exigé la tenue d’un Conseil européen à la suite d’une nouvelle exploration d’hydrocarbures offshore dans la région.

Le 13 août, la France a annoncé qu'elle enverrait des troupes dans la région pour protéger la Grèce.

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
sous-marin, Turquie, Grèce, Méditerranée orientale, Méditerranée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook