International
URL courte
14704
S'abonner

Les sanctions américaines visant le Nord Stream 2 peuvent avoir des conséquences imprévues pour l’Allemagne, a déclaré la ministre-présidente de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Elle estime que ni son pays ni l’Europe ne doivent laisser passer une telle interférence.

Manuela Schwesig, ministre-présidente de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, a annoncé craindre de nouvelles interférences américaines dans d'autres secteurs de l’économie allemande en raison du Nord Stream 2.

Dans une interview accordée au magazine Wirtschaftswoche, elle a exclu l’option de céder ou même d'abandonner le gazoduc:

«J'ai clairement indiqué que le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale s'en tenait au projet. Nous avons maintenant besoin d'un signal clair indiquant que l'Allemagne et l'Europe ne se laisseront pas faire chanter sur cette question».

«Il est impossible qu'en Allemagne et en Europe on nous dise où et comment nous devons tirer notre énergie», s’est-elle révoltée. Et de poursuivre:

«Cela prendra une plus grande dimension à un moment donné si nous permettons une telle interférence. Qui garantit que la prochaine étape ne sera pas de nous dire quelles voitures nous pouvons utiliser? Cela ne fonctionne pas».

D’après elle, le gaz du Nord Stream 2 est «essentiel pour la transition vers les énergies renouvelables» alors que L’Allemagne est sur le point de supprimer progressivement l'énergie nucléaire et le charbon. Sinon «la seule alternative serait le gaz de fracturation en provenance d'Amérique, qui serait également plus cher».

Le Nord Stream 2 sous le feu des sanctions US

Le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui prévoit de relier la Russie à l’Allemagne à travers la mer Baltique, est sous le coup de sanctions américaines. L’Allemagne et l’Autriche ont déjà fait part de leur désapprobation vis-à-vis des démarches de Washington.

La réalisation du gazoduc est également soutenue par la Norvège, dont le gouvernement détient 30% des parts de Kvaerner, l'une des entreprises de construction.

Les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz liquéfié en Europe, s’opposent activement à la réalisation du projet, tout comme l’Ukraine et plusieurs pays européens. Le pays de l’oncle Sam a adopté des sanctions visant à le contrer en 2019, réclamant que les sociétés chargées de poser les tubes arrêtent leurs travaux.

La société suisse Allseas a ainsi presque immédiatement rappelé ses navires.

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
Deux doigts d’honneur d’un policier français capturés par Google Maps - images
Tags:
Russie, gaz, pipeline, États-Unis, Allemagne, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook