International
URL courte
Par
13533
S'abonner

Face au «gage de sécurité» signé par neuf sociétés pharmaceutiques occidentales, le directeur du Fonds russe d'investissements directs, Kirill Dmitriev, a qualifié d’«insuffisant» cet engagement et a appelé à faire connaître publiquement les risques si les personnes subissent des effets secondaires négatifs après leurs vaccins.

Ce 8 septembre, neuf sociétés pharmaceutiques, dont Sanofi, ont annoncé avoir signé un «gage de sécurité historique pour continuer à faire de la sécurité et du bien-être des personnes vaccinées la priorité absolue dans le développement des premiers vaccins contre le Covid-19.» Kirill Dmitriev, directeur du Fonds russe d'investissements directs, qui a participé au développement du premier vaccin anti-Covid Spoutnik V, a commenté pour Sputnik cet engagement:

«Bien qu’il soit bienvenu, nous pensons que cet engagement de certaines des principales sociétés pharmaceutiques est insuffisant, en ce qu'il n’évoque pas le manque d'études à long terme sur les effets cancérigènes et l'impact sur la fertilité des technologies vaccinales récemment développées, telles que l'ARNm ou la plateforme à base de vecteurs d'adénovirus du singe. Contrairement à la plateforme basée sur le vecteur adénoviral humain utilisée dans le vaccin russe Spoutnik V, les plateformes à base de vecteur adénoviral d'ARNm et de vecteur adénoviral de singe n'ont pas été étudiées sur une longue période. Étant donné que certaines des sociétés développant ces vaccins ont adopté ce "gage de sécurité", nous tenons à souligner que la santé et la sécurité publiques nécessitent non seulement des preuves à court terme de l'absence d'effets indésirables graves, mais également l'innocuité et l'efficacité prouvées par les résultats des études à long terme.

Tout en signant le "gage de sécurité", ces entreprises font également pression sur les pays qui achètent leurs vaccins pour qu’ils leur accordent une indemnisation complète des poursuites. Nous pensons que les régulateurs internationaux devraient exiger des preuves à long terme de l'absence d'effets secondaires indésirables graves lorsqu'ils envisagent des vaccins candidats pour l'enregistrement dans leur pays. Nous pensons également que les sociétés pharmaceutiques devraient assumer leur responsabilité dans leurs promesses sur les effets indésirables potentiels à long terme causés par les vaccins qu’elles produisent, et faire connaître publiquement les risques si les gens subissent des effets secondaires négatifs après avoir été vaccinés.»

Union de neuf sociétés pour un «gage historique»

Dans un communiqué du 8 septembre, les PDG de neuf sociétés pharmaceutiques occidentales - AstraZeneca, BioNTech, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, Merck (connu sous le nom de MSD en dehors des États-Unis et du Canada), Moderna Inc, Novavax Inc, Pfizer Inc. et Sanofi - ont annoncé un «engagement historique».

Ils ont souligné leur engagement uni à maintenir l'intégrité du processus scientifique alors qu'ils travaillent à des dépôts et à des approbations réglementaires mondiaux potentiels des premiers vaccins contre le Covid-19.

«Nous pensons que cet engagement contribuera à garantir la confiance du public dans le processus scientifique et réglementaire rigoureux par lequel les vaccins contre le Covid-19 sont évalués et peuvent finalement être approuvés», déclarent-elles.

Lire aussi:

Les autorités du Haut-Karabagh décrètent la loi martiale et la mobilisation générale
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Moscou réagit aux tensions dans le Haut-Karabagh
Tags:
Sanofi, Kirill Dmitriev, Spoutnik V (vaccin contre le Covid-19), vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook