International
URL courte
Par
2010610
S'abonner

Un hélicoptère américain s'est posé en urgence dans le nord de la Syrie sans faire de blessés, a annoncé la coalition antiterroriste internationale, démentant ainsi les informations diffusées par l'agence Sana.

La coalition antiterroriste internationale a démenti ce mardi 15 septembre les informations précédemment relayées par l’agence syrienne Sana selon lesquelles un hélicoptère américain s'était écrasé dans le gouvernorat d'Hassaké, dans le nord de la Syrie.

«Un hélicoptère de la coalition a effectué un atterrissage d'urgence vers 9h30 le 15 septembre dans le nord de la Syrie. L'incident n'était pas le résultat d'une activité hostile et l'hélicoptère s'est posé en toute sécurité», a écrit sur Twitter Wayne Marotto, porte-parole de la coalition.

​Plus tôt dans la journée, l'agence Sana a indiqué que l'hélicoptère en question s'était écrasé, sans pour autant donner de détails sur l'accident.

L’armée US en Syrie

En 2014, les États-Unis et leurs alliés ont déployé leurs forces militaires en Syrie pour combattre le groupe terroriste Daech* sans l'autorisation de Damas.

En décembre 2018, Donald Trump a proclamé la victoire sur Daech*, soulignant que la lutte contre l'organisation était la seule raison pour laquelle les États-Unis maintenaient leur présence en Syrie.

Plus tard, la Maison-Blanche a annoncé le retrait des forces américaines de Syrie, précisant cependant que cela ne signifiait pas la dissolution de la coalition antiterroriste mondiale dirigée par Washington.

Un contingent militaire américain est toujours maintenu dans le nord-est de la Syrie. 

* Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
États-Unis, crash d'hélicoptère, Syrie, hélicoptères
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook