International
URL courte
Par
Affaire des chevaux mutilés (18)
8328
S'abonner

Tandis que des mutilations en série d'équidés sont recensées un peu partout en France, un premier cas a été enregistré en Suède, où un cheval a été retrouvé mort mutilé.

Un cheval a été retrouvé mort mutilé en Suède. Ses blessures sont considérées comme d'origine humaine, a appris l'AFP auprès de la police. Il s'agit du premier cas mortel signalé depuis le début de la mystérieuse vague de mutilations d'équidés qui frappe la France.

Un mois plus tôt, le 18 août, dans le même secteur près de la ville de Jönköping, dans le sud de la Suède, un cheval avait été mutilé, mais avait survécu.

L'animal a cette fois été retrouvé mort lundi 21 septembre dans un élevage de chevaux au sud-est de Jönköping et «il avait plusieurs blessures que nous pensons avoir été commises par des humains», a déclaré à l'AFP Thomas Agnevik, un porte-parole de la police locale.

Selon les médias suédois, un œil et une oreille avaient été découpés du cheval.

Une enquête a été ouverte pour «cruauté envers les animaux» et «dommages», a précisé la police.

En France

Ces cas de mutilation sont les premiers signalés en Suède depuis une vague d'attaques du même type en France, devenue le mystère judiciaire de l'été.

Les animaux touchés en France sont principalement des équidés (chevaux, juments, poneys), de toute race et de tout âge. En outre, la valeur financière ne semble pas être un critère: il s'agit aussi bien de chevaux de particuliers que d'éleveurs professionnels.

Les mutilations constatées sur les bêtes mortes sont concentrées dans un premier temps sur l'oreille droite. Souvent profondes et précises, elle peuvent ainsi faire penser à une forme de signature.

Dossier:
Affaire des chevaux mutilés (18)

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
«Auteurs intellectuels» de l’attentat de Conflans: qui sont-ils?
Tariq Ramadan mis en examen pour viols sur une cinquième femme
Tags:
Suède, France, mutilation, chevaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook